Les touristes du bitcoin ont déserté le marché

Le mois dernier, la reine des cryptomonnaies a accusé l’une des pires performances de sa récente histoire. Une situation qui a poussé à l’exode nombre de spéculateurs. Laissant sur le marché les plus déterminés, les HODLers solidement accrochés à leur vision sur le long terme.

Dehors les spéculateurs. Les rats quittent le navire. Le plongeon du bitcoin durant le mois de juin dernier (-37,9%) en a découragé plus d’un. Plus qu’un ressenti, il s’agit d’une mesure de l’activité on-chain. Selon la quasi-totalité des données mesurées sur la blockchain, vu le nombre des utilisateurs et leur comportement, le BTC évolue dans un marché baissier (bear market) d’une amplitude historique.

À l’instar de ce qu’il a essuyé au premier trimestre 2018, au second trimestre 2021 ou encore en mai dernier, le réseau connaît traditionnellement une purge importante de portefeuilles lors d’événements majeurs de vente. Bitcoin enregistre actuellement de l’ordre de 870.000 adresses actives, contre 1,2 million un an auparavant. Ce qui suggère qu’il attire peu de nouveaux entrants et peine à retenir les participants.

« L’activité du réseau étant désormais à des niveaux coïncidant avec la phase baissière la plus profonde de 2018 et 2019, il semble qu’une purge quasi complète du tourisme de marché ait eu lieu », notent les analystes de la firme spécialisée Glassnode.

Saine capitulation

L’activité observée soutient malgré tout une lecture positive de la situation face à une tendance d’accumulation et de conservation. Plus par conviction que par cupidité. « Le réseau Bitcoin se rapproche d’un état où presque toutes les entités spéculatives et les touristes du marché ont été complètement purgés de l’actif », insiste-t-on chez Glassnode.

Des forces de marché complexes et divergentes restent à l’œuvre. L’ampleur du mouvement des capitaux sortant des plateformes d’échange apparaît, elle aussi, historiquement élevée tandis que de menus fretins (shrimps, qui détiennent moins d’1 BTC) et gros poissons (whales, multimillionnaires en BTC) accumulent de façon significative.

La demande transactionnelle évolue latéralement pendant toute la durée de la baisse. Cela indique à la fois une stagnation de la demande de nouveaux venus, mais aussi un maintien d’une base d’utilisateurs, les HODLers.

Très peu influencé par la récente fuite des « touristes », le nombre d’adresses ayant un solde non nul continue d’augmenter, atteignant un nouveau sommet à 42,2 millions d’unités. « Après 2018, on peut constater que la gravité de l’exode des adresses non vides diminue, ce qui indique que le participant moyen à Bitcoin est de plus en plus déterminé », épingle Glassnode.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20