Les règlements de comptes ont-ils commencé sur les marchés financiers ?

Lorsque des milliards de dollars sont injectés dans le système financier chaque jour pendant des années, des bulles apparaissent inévitablement. Un phénomène que beaucoup ont nié ou simplement ignoré. 2022 sera-t-elle l’année du jugement ? Ou plutôt : l’année du retour au « bon sens ».

Les bourses

Le début de l’année 2022 est marqué par une série de corrections et d’accidents. Les bourses américaines ont perdu plus de 10% de leur valeur ces dernières semaines. Les bourses sont donc en territoire de correction. Dans le milieu, une correction signifie une baisse de 10% par rapport aux records précédents. Les bourses européennes entrent aussi progressivement sur ce territoire.

Marchés des cryptomonnaies

Ensuite, il y a les marchés cryptographiques. Ils deviennent rouge sang. La valeur du bitcoin a chuté de 50% depuis son niveau record de novembre, mais d’autres cryptomonnaies ont perdu 70 à 80 % de leur valeur.

Entreprises technologiques non rentables

Les autres victimes sont les entreprises à court d’argent que Goldman Sachs a intégrées dans un indice technologique de non rentabilité. Un indice qui a continué à augmenter artificiellement pendant la pandémie parce que les investisseurs ne savaient plus où placer leur argent, mais qui a maintenant perdu 50% de sa valeur.

La hausse de l’inflation a créé de la volatilité. Parce que l’inflation oblige les banques centrales à réduire leurs injections continues de liquidités et que les investisseurs n’ont plus d’argent gratuit illimité pour investir dans les projets les plus fous.

Les SPACs

Ceci est également visible dans les SPAC. Ces entreprises « à chèque en blanc » mettent un terme à leur recherche d’opportunités avant même qu’elles n’aient commencé. Le Financial Times rapporte que sept SPAC, qui signifie « Special Purpose Acquisition Companies », ont annulé leurs projets d’introduction en bourse auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis depuis début janvier. Elles avaient prévu de lever plus de 2,5 milliards.

L’appétit des investisseurs pour un fonds encore vide était probablement lié à l’effet TINA, « il n’y a pas d’alternative » (« there is no alternative« ). En raison de la politique de taux d’intérêt bas des banques centrales, les actions étaient à peu près le seul investissement offrant une perspective de rendement. Si une telle coquille boursière fait bien ses devoirs et rachète une entreprise intéressante, l’argent coule à flots. Mais cela devient plus difficile maintenant, car de plus en plus d’investisseurs ayant mis leur argent dans des SPAC demandent à récupérer leur mise à l’annonce du rachat. En outre, les valorisations des SPAC qui ont procédé à une reprise sont en forte baisse.

Les marchés reviennent-ils à la raison ?

Les marchés semblent donc revenir à la raison. La probabilité que la valeur d’une cryptomonnaie augmente de plusieurs centaines de millions de dollars en quelques jours s’amenuise. Tout comme l’enthousiasme à injecter de l’argent dans des entreprises déficitaires.

Cependant, tout n’est pas perdu pour toute une génération d’investisseurs qui n’ont jamais connu de krach boursier. Ceux qui ont rejoint le Dow Jones après 2008 ont quintuplé leurs mises et vécu dans l’illusion que les arbres poussent effectivement jusqu’au ciel. Seules les banques centrales peuvent maintenir ce rêve en vie. En injectant à nouveau de grandes quantités d’argent dans le système. Si ce n’est pas le cas, la prudence s’impose.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20