Les radiations de téléphones portables provoqueraient le cancer chez les rats

epa

Le programme national detoxicologie du gouvernement fédéral américain (NTP) a publié lasemaine dernière son rapport final pour déterminer si le fait de savoir siles téléphones portables peuvent causer le cancer. Conclusionfinale : les radiations des téléphones portables peuvent parfoisprovoquer des tumeurs cancéreuses chez le rat à des doses élevéeset continues, mais pas chez l’homme.

Le rapport a clairementétabli que les rats mâles exposés à des niveaux élevés derayonnements radioélectriques comme ceux utilisés dans lestéléphones 2G et 3G, développaient des tumeurs cardiaquescancéreuses chez les animaux, a expliqué le National Institute ofHealth.

Ces études toxicologiquesen cours depuis 10 ans ont également révélé que le rayonnement radioélectrique des téléphones cellulaires était lié aux tumeursdu cerveau et des glandes surrénales chez les rats mâles. Parcontre, on ignore si les tumeurs observées chez les rats femelles,ainsi que chez les souris mâles et femelles, sont liées àl’exposition aux radiations.

« Nous pensons quele lien entre le rayonnement radioélectrique et les tumeurs chez lesrats mâles est réel », a expliqué John Bucher, scientifiquedu NTP.

Ces résultats nes’appliquent pas aux humains

« Les expositionsutilisées dans nos études ne sont pas directement comparables auxexpositions auxquelles les humains sont généralement exposéslorsqu’ils utilisent un téléphone portable », a déclaré auxjournalistes John Bucher.

Les réseaux 2G et 3G sontencore utilisés pour les appels et les SMS. Les études ne se sonttoutefois pas penchées sur les types de rayonnementsradioélectriques utilisés pour les réseaux WiFi et 5G.

« La5G est une technologie émergente qui n’a pas encore été définie »,a expliqué le toxicologue Michael Wyde dans un communiqué.

Cependant, certains scientifiques ont averti que la 5G – qui utilisedes ondes millimétriques plutôt que des micro-ondes à la base desgénérations précédentes – pourrait se révéler plusdangereuse, mais il est encore trop tôt pour l’affirmer, souligne leDailyMail.

Ces études pourraientconstituer une étape importante dans la compréhension de l’impactdes rayonnements radioélectriques sur l’homme. Mais les expositionsdans les études ne peuvent pas être directement comparées à ceque les humains expérimentent, affirme Bucher. Les rats et lessouris participant à l’étude ont été exposés à des radiationssur tout leur corps, tandis que les humains sont généralementexposés à des radiations près de l’endroit où ils gardent leurtéléphone.

Par ailleurs, les niveaux et les duréesd’exposition étaient également plus importants durant ces études.Selon les chercheurs, le niveau d’exposition le plus faible étaitidentique à l’exposition maximale autorisée pour les utilisateursde téléphones portables, un niveau de puissance qui « seproduit rarement avec l’utilisation d’un téléphone portabletypique ». Le niveau d’exposition le plus élevé utilisé pourles rats était quatre fois supérieur au niveau de puissance maximalautorisé pour les humains.

La FDA rassure 

La FDA, l’Agenceaméricaine des produits alimentaires et médicamenteux, a déclaréque ces résultats ne pouvaient pas être extrapolés à l’homme. « Après avoir examiné l’étude, nous ne sommes pas d’accordavec les conclusions du rapport final concernant les preuvesévidentes de l’activité cancérogène chez les rongeurs exposés àl’énergie des radiofréquences. »

Selon la FDA, l’ensembledes preuves scientifiques disponibles ne corroborent pas les effetsnéfastes des expositions égales ou inférieures aux limitesactuelles d’exposition aux radiofréquences. « Nous pensons queles limites de sécurité existantes pour les téléphones portablesrestent acceptables pour protéger la santé publique ».