Les prix de l’uranium ont déjà augmenté de 50% cette année: « Ils vont continuer à augmenter »

Le risque d’une interdiction d’importation de l’uranium russe par l’Occident a contribué à une hausse du prix du combustible nucléaire cette année. La grande banque Bank of America (BofA) a revu ses prévisions de prix et prévoit de nouvelles augmentations de prix, selon le média économique Business Insider.

Pourquoi est-ce important ?

Comme souvent lors de mouvements de prix importants sur les marchés d'actions, le facteur psychologique n'est pas absent : les investisseurs pensent que l'Occident va interdire les importations d'uranium russe et que les réserves mondiales seront ainsi mises en danger. Et, conformément aux lois du marché libre, le prix d'une marchandise en stock sera poussé à la hausse si elle devient soudainement rare - même dans un scénario qui se situe encore dans le futur.

Les prix de l’uranium ont grimpé de 50% cette année et continueront à augmenter en raison du risque d’une interdiction d’importation depuis la Russie. C’est ce qu’écrivent les analystes de BofA dans un rapport de recherche publié mardi.

Guerre

Les prix de l’uranium ont atteint 63,60 dollars la livre. La majeure partie de cette augmentation – 47 % – a eu lieu depuis que la Russie a déclenché une guerre contre l’Ukraine à la fin du mois de février, disent-ils.

Mais : « Pour autant que nous le sachions, la guerre n’a pas encore contribué à une perturbation directe des expéditions de produits d’uranium russes vers le reste du monde. L’augmentation des prix est plutôt le résultat d’inquiétudes concernant de futures perturbations et le désir des participants au marché d’immobiliser leurs stocks en prévision de cette possibilité », rapporte l’analyste Lawson Winder.

S’appuyant sur les rapports de la société de conseil UxC, la banque écrit qu’une grande partie de la hausse des prix provient du Sprott Physical Uranium Trust, et non des services publics ou des producteurs. Sprott est le plus grand fonds fiduciaire au monde qui possède lui-même de l’uranium physique, et ne négocie pas de contrats à terme. « Toutefois, les services publics auraient été actifs sur le marché des contrats », ce qui a également fait monter en flèche l’indicateur mensuel des prix d’UxC.

« Un interdit serait positif pour le prix de l’uranium »

Début mars, les prix de l’uranium ont atteint leur plus haut niveau depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon en 2011. Cette hausse a eu lieu en réaction aux rapports des médias selon lesquels le président américain Joe Biden discutait avec l’industrie nucléaire de son pays de l’impact d’éventuelles sanctions contre Rosatom. Cette société d’État russe est impliquée dans l’extraction et l’enrichissement de l’uranium et est un fournisseur majeur de combustible et de technologie nucléaires pour les centrales électriques du monde entier.

L’administration Biden a interdit le pétrole et d’autres produits énergétiques russes en mars, mais cette action n’incluait pas l’uranium. Certains hommes politiques américains ont proposé une législation visant à interdire l’importation d’uranium combustible en provenance de Russie. BofA fait également référence à un rapport de Reuters selon lequel la Russie envisage d’interdire l’exportation d’uranium américain. « De telles interdictions seraient positives pour le prix de l’uranium », estiment les analystes de la grande banque.

« L’impact immédiat étant minime, nous considérons que la pression à la hausse sur les prix est jusqu’à présent due à l’atténuation des risques. Nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive, puis s’accélère au fur et à mesure de l’apparition d’impacts directs », a déclaré l’institution financière. BofA a relevé ses estimations du prix de l’uranium à long terme pour 2027 de 4%, à 50 dollars la livre, en se fondant sur sa vision de l’inflation de la courbe des coûts. Pour la fin de l’année 2022, la banque a augmenté son estimation du prix de l’uranium de 13,5 %, à 60,70 dollars la livre (pour la fin de l’année, ils s’attendent donc à une légère baisse à nouveau).

La banque a également relevé son objectif pour le cours de l’action pour le producteur d’uranium canadien Cameco, le faisant passer de 32 à 37 dollars, et a réaffirmé sa note d’achat pour la société.

La Russie joue un rôle clé

Quoi qu’il en soit, la Russie joue un rôle clé dans les chaînes d’approvisionnement mondiales en uranium. Entre autres choses, l’agresseur de l’Ukraine représente 17%, soit une estimation de 34 millions de livres, de l’approvisionnement total en uranium pour 2022.

En matière de conversion d’uranium, le pays représente environ 20% de la capacité mondiale et 29% de la production estimée pour 2022. Dans le domaine de l’enrichissement, la Russie représente 46% de la capacité mondiale. 16 à 20% des approvisionnements annuels en uranium des États-Unis proviennent au moins en partie de la Russie, principalement pour ce qui est de l’enrichissement. De nombreux pays européens achètent de l’uranium russe converti ou enrichi, et la Chine est un marché en expansion pour les exportations nucléaires russes.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20