Les géants de la tech interdisent Parler, le réseau social favori de l’extrême droite

Isopix

Parler est particulièrement populaire auprès des personnes ayant des opinions extrêmes et qui ne se sentent pas entendues. L’application abonde dans leur sens en soulignant régulièrement que les médias traditionnels n’abordent pas certains sujets. D’ailleurs, sur Parler, les fake news n’existeraient pas.

Vendredi, Google a été le premier à retirer Parler de son Play Store parce que l’application affichait des messages qui ‘attisent la violence aux États-Unis’. La société fait référence aux émeutes de mercredi à Washington. Apple a quant à lui donné 24 heures supplémentaires à Parler pour supprimer ces messages, mais a également fini par rejeter l’application de son App Store samedi. Juste avant cette interdiction, il s’agissait de l’application la plus téléchargée sur la plateforme d’Apple.

Dimanche, c’est Amazon qui a décidé de ne plus mettre ses serveurs à la disposition de Parler, ce qui a été le coup de grâce ultime pour l’application. Sans serveurs, un site web ou une application ne peut pas exister.

‘Une attaque coordonnée’

Le CEO John Matze, qui a fondé le réseau social en 2018, a déjà déclaré sur son propre compte Parler que l’application pourrait être désactivée pendant une semaine, le temps qu’il cherche de nouveaux hébergeurs. Il reproche à Apple, Google et Amazon une ‘attaque coordonnée pour tuer la concurrence’. ‘Nous avons eu trop de succès trop rapidement. Nous nous attendons à ce que la guerre contre la concurrence et la guerre contre la liberté d’expression se poursuivent, mais vous pouvez compter sur nous’, a-t-il écrit.

Parler a acquis une renommée internationale lorsqu’il s’est avéré que les Proud Boys, un groupe d’extrême droite américain qui n’est pas opposé à la violence, recrutait des membres via l’application. Les médias américains ont laissé entendre que Donald Trump, désormais bloqué par Twitter, allait bientôt créer un compte sur l’application. Ses fils ont déjà franchi le pas et y sont d’ailleurs assez actifs.