Google investit dans les projets de surveillance du Pentagone alors qu’il avait promis d’arrêter

Het Google-hoofdkwartier
Shutterstock

En 2018, le CEO de Google Sundar Pichai promettait de mettre fin au projet d’IA pour le Pentagone. L’entreprise a bien retiré ses pions du projet Maven, mais elle continue d’investir dans des technologies de guerre via Google Ventures.

L’une des filiales d’Alphabet, Google Ventures a pour but d’investir dans des startups technologiques, afin de récupérer de beaux dividendes si l’entreprise venait à fonctionner avec une technologie qui fait la différence. Un exemple concret ? Les 250 millions de dollars investis dans Uber en 2013.

En 2018, Google avait créé la polémique lorsqu’un partenariat avec le Pentagone avait été révélé au grand jour sous le nom de projet Maven. Le contrat demandait à Google de créer une intelligence artificielle pour diriger les drones autonomes de l’armée. Face aux critiques, l’entreprise de la Silicon Valley s’est finalement retirée du projet pour préserver son image.

Investissements

Toutefois, Google a continué d’investir de manière détournée dans des technologies qui peuvent servir à la guerre. Non pas directement via Google, mais indirectement via des startups que Google Ventures arrose d’argent.

Selon Forbes, Google Ventures posséderait 13% d’Orbital Insight. L’entreprise se sert de l’intelligence artificielle pour analyser les données transmises par les satellites. Elle travaille actuellement avec la Défense américaine pour créer des logiciels capables de détecter les nouvelles bases militaires, les véhicules des ennemis, leurs mouvements, etc.

La firme Planet appartient aussi à hauteur de 13% à Google Ventures. L’entreprise possède une importante constellation de satellites à imagerie terrestre. L’un de ses principaux clients est le Pentagone qui a accès aux images. Il peut ainsi surveiller en permanence certaines régions sur Terre.

Avec ces investissements, Google n’est plus très loin du projet Maven. L’entreprise ne travaille plus directement avec la Défense américaine pour la surveillance de cibles, mais finance bien des entreprises qui ont un rôle fort similaire.

En outre, Google continue de travailler avec le Pentagone sur d’autres projets. En mai dernier, l’entreprise a été choisie pour son cloud Anthos capable de détecter les cyberattaques avant même qu’elles ne se produisent.