Les films avec des femmes dans le rôle principal rapportent plus que ceux avec des personnages principaux masculins

Les films qui mettent en vedette desfemmes sont plus rentables que les films avec des personnagesprincipaux masculins, indique une étude menéepar la Creative Artists Agency et la société technologique shift7. 

Cette étude, qui aanalysé 350 films produits depuis quatre ans, a été réalisée encollaboration avec le groupe de travail Time’s Up, une organisationqui lutte contre le harcèlement sexuel et qui vise à améliorer lareprésentation des femmes à l’écran.

L’étude a montré quedans ce corpus, 245 films avaient un rôle principal masculin tandis que 105productions cinématographiques avaient une femme en tête d’affiche.

Blockbusters

Par ailleurs, leschercheurs ont également constaté que dans toutes les catégoriesde budget, des productions les moins onéreuses aux superproductionsles plus chères, les gains moyens des films avec des femmes dans unrôle principal dépassaient ceux des productions de leurs homologuesmasculins. Pour les films les plus chers, l’écart était encore plusévident.

Pour les productions dontle budget était compris entre 50 et 100 millions de dollars, lesfilms avec une femme dans le rôle principal ont rapporté en moyenne318 millions de dollars, contre 243 millions de dollars pour lesproduction avec un rôle principal masculin. Dans la catégoriebudgétaire supérieure à 100 millions de dollars, les films avecdes femmes dans le rôle principal ont rapporté 586 millions dedollars, contre 514 millions de pour les productions avec des hommes.

« Trolls » avec Anna Kendrick, « Vaiana, la Légende du boutdu monde » avec Auli’i Cravalho, « Vice-versa » avec Amy Poehler et « Wonder Woman » avecGal Gadot, films dont les rôles principauxsont tenus par des femmes, ont tous été des succèsmondiaux. Selon la chercheuse Christy Haubegger, la perception selonlaquelle ce n’est pas une bonne affaire de travailler avec des rôlesprincipaux féminins est fausse. « Les femmes sont un atoutmarketing », a-t-elle expliqué.

Cependant, les femmesayant des rôles principaux sont encore une exception à Hollywood.Selon une étude réalisée par l’Université de San Diego, lesfemmes représentaient un quart des protagonistes uniques dans lesmeilleurs films de 2017. Par ailleurs, elles ont reçu un tiers desrôles principaux.

Efforts

Le nouveau rapportde la Creative Artists Agency fait partiedes efforts visant à faire pression sur Hollywood pour quel’industrie place davantage de femmes et personnes de couleur àl’écran et en coulisse. Selon les promoteurs, une diversité accrueaméliore les résultats nets des films.

En 2017, l’agence a publiéun rapport selon lequel, les distributions multi-ethniques donnaientde meilleurs résultats lors des weekends d’ouverture que lesproductions plus homogènes.

Cependant, l’étude menée par la SanDiego State University a également montréque le nombre de protagonistes féminines ayant des rôles parlants dans lesmeilleurs films avait diminué l’année dernière par rapport àl’année précédente. Le nouveau rapport suggère que lesproducteurs de ces films pourraient nuire à leurs revenus.

L’étude a également tirédes informations du test de Bechdel, une mesure pour lareprésentation des femmes dans les films, à la télévision et dansd’autres œuvres de fiction. Ce test permet de déterminer siplusieurs femmes se parlent entre-elles à propos d’autres choses queles hommes. Les chercheurs ont indiqué que 60% des films avaientréussi ce test. Ils ont également constaté qu’aucun film réaliséentre 2014 et 2017 ne rapportait 1 milliard de dollars sans avoirréussi le test de Bechdel. Par ailleurs, depuis 2012, aucuneproduction n’a gagné un milliard de dollars sans avoir passé avec succès letest.

Les chercheurs soulignent enfinque les femmes représentent environ la moitié des billets de cinémavendus. Selon eux, de nouveaux scénarios sont nécessaires. « Ily a des fans de super-héros qui n’ont vu aucune innovation dans leurs films préférés depuistrente-six ans », ajoute Haubegger.

Plus
Lire plus...
Marchés