Les faillites se succèdent dans le secteur du commerce de détail néerlandais

Des zones commerciales exagérément grandes Aux Pays-Bas, la chaîne de prêt-à-porter MS Mode, à la tête de 130 boutiques dans le pays, a été déclarée en faillite. Cette nouvelle disparition est symptomatique de la crise que traverse le secteur du commerce de détail non alimentaire dans ce pays.De Bijenkorf et Hema, des chaînes de grands magasins, ont été contraintes de subir de sévères restructurations ; Vroom & Dreesma (V & D), la première chaîne néerlandaise de grands magasins, est elle aussi tombée en faillite, et elle a été reprise par le groupe canadien Hudson’Bay. De même, le chausseur Macintosh, qui comptait 400 boutiques, les chaînes d’articles sportifs Perry et Aktiesport , et la marque de prêt-à-porter McGregor ont eux aussi disparu, engloutis par cette crise qui dure maintenant depuis plusieurs années. Car c’est en 2012 que les premiers symptômes avaient commencé à se manifester, avec l’effondrement de la chaîne Mexx. La fédération professionnelle hollandaise du commerce de détail, Detailhandel, indique qu’au cours des deux dernières années, ce sont près de 35 000 emplois qui ont été détruits dans ce secteur.Ce serait du côté de la réduction des budgets de dépenses des consommateurs hollandais depuis le début de la crise financière qu’il faudrait rechercher une explication à ce phénomène. Selon un rapport de la Banque ING, les magasins néerlandais ont réalisé un chiffre d’affaires moyen de 3 200 euros par mètre carré l’année dernière, contre 3 500 euros il y a neuf ans.Mais on pointe aussi l’essor du commerce en ligne. Selon Sonny Duijn, analyste à la banque ABN Amro, les Hollandais réalisent désormais 17 % de leurs achats en ligne.Les autorités locales sont aussi accusées d’avoir cédé à la frénésie des zones commerciales, qui a conduit à une prolifération de magasins.La Hollande n’est pas la seule à connaître ces difficultés, que l’on retrouve dans d’autres pays européens.