Les bateaux autonomes du futur bientôt réels

Le Mayflower sera le premier bateau autonome à traverser l’Atlantique, en 2020. Le port de Rotterdam travaille déjà à faire de cette technologie une réalité.

Le Mayflower sera le premier bateau autonome à traverser l’Atlantique, en 2020. Le port de Rotterdam travaille déjà à faire de cette technologie une réalité. 

Les bateaux autonomes ne feront bientôt plus partie d’un futur utopique. Il faudra remercier les concepteurs du Mayflower qui traversera l’Atlantique le 6 septembre 2020. Il porte le même nom que le navire qui traversa le même océan, en 1620, pour transporter des pèlerins de l’Angleterre jusqu’aux États-Unis. Mais nous sommes aujourd’hui sur une tout autre technologie.

Une première dans l’histoire navale

Pour réaliser ces 3200 miles (soit 5150 km) en l’honneur du 400ème anniversaire de ce voyage historique, le Mayflower pourra compter sur l’énergie solaire et éolienne, guidé par GPS. Aucun humain dans l’équation cette fois, même pas à bord. Il partira de Plymouth, en Angleterre, pour atterrir 12 jours plus tard à… Plymouth, dans le Massachusetts.

“Il n’y a jamais rien eu d’aussi important pour entreprendre une mission de ce genre”, affirme Kevin Jones, doyen exécutif à l’Université de Plymouth, impliqué dans le projet. “Nous voulions quelque chose qui serait visuellement intéressant et tourné vers l’avenir – quelque chose qui captiverait l’imagination du public.” Avec son design digne de Star Wars, aucun doute qu’il fera rêver les amateurs. 

Le port le plus fréquenté d’Europe vers les bateaux autonomes

Dans le port de Rotterdam il n’y pas de marins qui chantent mais bien une technologie tournée aussi vers le futur. La ville travaille avec des entreprises technologiques afin que les bateaux autonomes deviennent réalité. Le but: fournir une plus grande sécurité en évitant les collisions, réduire le trafic en mer et apporter une solution aux pénuries de main-d’œuvre. La startup néerlandaise Captain AI y conçoit des bateaux autopropulsés, comme Tesla et ses voitures sans conducteur. Selon son CEO Vincent Wegner, convertir un navire classique en véhicule autonome aura un coût de 18 000 à 31 000 dollars. Une broutille, si on fait l’impasse sur le conducteur et toute l’équipe à embaucher pour le bateau.  Entre humain et robot, il faut choisir…