Les aspects plus sombres du rachat de Activision Blizzard par Microsoft

L’annonce par Microsoft du rachat d’Activision Blizzard serait la plus grosse opération jamais réalisée par la société et la plus grande acquisition en espèces de l’histoire. Cet accord va certainement attirer beaucoup d’attention à Washington. L’administration Biden n’a cessé d’intensifier ses efforts d’application de la législation antitrust, en mettant l’accent sur le secteur des hautes technologies. Jusqu’à présent, Microsoft a largement échappé aux récentes mesures de répression à l’encontre des géants de la technologie tels qu’Amazon, Alphabet et Meta (Facebook). Mais il reste à voir si cela va continuer.

Microsoft rachète Activision Blizzard pour 69 milliards de dollars. Et c’est, au sens propre comme au figuré, une grosse affaire. Elle est du même acabit que le rachat par Disney d’une grande partie de l’empire Fox de Rupert Murdoch, rachat qui a officiellement lancé une vague de consolidation à Hollywood. Disney a payé un peu plus de 70 milliards de dollars pour le studio de cinéma de Fox et d’autres actifs.

Mais cet accord, s’il est conclu, constitue une intégration à la fois horizontale et verticale, puisqu’il associe le secteur des consoles Xbox de Microsoft, qui possède déjà d’énormes franchises de jeux telles que Minecraft et Halo, à l’une des sociétés de jeux les plus précieuses au monde, qui possède des titres tels que Call of Duty, World of Warcraft et Candy Crush.

Metaverse

Alors que les émissions de télévision et les films en streaming occupent une grande place dans les médias, les jeux vidéo attirent l’attention du public : selon Microsoft, il y a aujourd’hui 3 milliards de joueurs dans le monde et ce chiffre atteindra 4,5 milliards d’ici 2030. Et ce n’est pas tout : si une version du métavers ou de la réalité virtuelle dont nous avons tant entendu parler ces derniers temps voit le jour, elle sera très certainement basée sur le jeu vidéo.

C’est d’ailleurs un argument que Microsoft utilise pour justifier cet accord. « Lorsque nous réfléchissons à notre vision de ce que peut être un métavers, nous pensons qu’il n’y aura pas de métavers unique et centralisé », a déclaré Satya Nadella, PDG de Microsoft, après avoir annoncé l’opération mardi. Ce que Nadella veut dire par là, c’est « nous savons que nous avons l’impression d’engloutir une grande partie du secteur des jeux, mais ne voyez pas cela comme une consolidation dans un secteur important – voyez cela comme une concurrence contre Facebook dans un nouveau secteur. La concurrence, c’est bien, non ? Ce message s’adresse à Lina Khan, directrice de la Federal Trade Commission (FTC), ainsi qu’aux autres responsables de l’application des lois antitrust de l’administration Biden.

Khan et Kanter

Cet accord va certainement attirer beaucoup d’attention à Washington, qui a largement laissé Microsoft tranquille jusqu’à présent. Cet accord prévoit des frais de dissolution de 3 milliards de dollars – c’est-à-dire l’argent que Microsoft devra verser à Activision si la fusion est stoppée par les autorités de régulation – ce qui semble être une somme importante, mais qui est plutôt modeste pour ce type de transaction. Elle indique surtout que les deux parties sont convaincues qu’elles n’en arriveront pas là.

Mais presque en même temps que l’annonce de l’accord, deux des principaux responsables de l’administration Biden ont annoncé un nouvel effort pour renforcer la politique de concurrence à Washington. Lina Khan, présidente de la FTC, et Jonathan Kanter, responsable de la lutte antitrust au ministère de la justice, ont déclaré vouloir réécrire les règles applicables aux grandes fusions afin de « refléter fidèlement les réalités du marché moderne et de nous donner les moyens de faire appliquer la loi contre les opérations illégales ».

Les accords techniques sont au cœur de cette refonte des règles antitrust. L’examen portera sur la manière dont le processus d’approbation des fusions s’applique aux services gratuits tels que Google et Facebook, où les lignes directrices visant à déterminer si une opération augmente les coûts pour les consommateurs sont difficiles à appliquer. Elle s’attaquera également aux « acquisitions meurtrières », par lesquelles de grandes entreprises rachètent des rivaux plus petits pour les empêcher de devenir une menace, comme la FTC a accusé Facebook de l’avoir fait avec Instagram en 2012 et WhatsApp en 2014.

Transactions verticales

La FTC a déjà examiné les lignes directrices relatives aux « transactions verticales » ou aux acquisitions d’un fournisseur plutôt que d’un concurrent direct. Ainsi, un exemple frappant de cette approche est le méga accord Microsoft-Activision, qui a été annoncé quelques heures avant la conférence de presse de Khan et Kanter.

Rien ne change pour l’instant. Les négociateurs n’ont pas été surpris par l’annonce de Khan et Kanter, car le gouvernement avait déjà indiqué son intention de freiner la consolidation des entreprises et le président Biden avait publié un décret à cet effet. Khan et Kanter ont dit qu’ils espéraient publier des directives définitives d’ici la fin de l’année. Entre-temps, leurs agences peuvent examiner les fusions de plus près en portant les affaires devant les tribunaux.

Lorsqu’il s’agira de présenter ses arguments aux régulateurs de Washington, vous pouvez vous attendre à ce que Microsoft affirme que 1) son activité Xbox est beaucoup plus petite que l’activité Playstation de Sony et 2) l’avenir des jeux est dans le mobile, ce qui signifie que Microsoft n’est pas seulement en concurrence avec Sony, mais aussi avec Apple et Google.

Et Kotick ?

Il faudra également surveiller ce qu’il adviendra de la direction d’Activision, qui est mêlée à des scandales d’abus sexuels depuis environ un an. L’automne dernier, le Wall Street Journal a rapporté que le PDG Bobby Kotick n’avait pas parlé à son propre conseil d’administration d’une employée qui avait déclaré avoir été violée par un supérieur hiérarchique, et de l’accord extrajudiciaire qui a suivi. Plus récemment, Activision a déclaré avoir « licencié » des dizaines d’employés à la suite d’enquêtes sur des cas de harcèlement.

L’industrie des jeux vidéo a largement spéculé sur le fait que ces scandales pourraient coûter son poste à Kotick et éventuellement conduire à la vente d’Activision. Aujourd’hui, Microsoft affirme que Kotick continuera à diriger sa société une fois l’accord conclu, mais qu’il rendra compte à Phil Spencer, qui dirige les activités de jeux de Microsoft.

Il est donc possible que Kotick reste indéfiniment. Mais on ne voit pas souvent les personnes qui dirigent de très grandes entreprises et gagnent des salaires très élevés rester longtemps en poste lorsqu’elles rendent des comptes à celui qui rend compte au PDG. Kotick a gagné 154 millions de dollars en 2020, ce qui fait de lui le deuxième PDG le mieux payé des États-Unis cette année-là.

Encore une fois, tout cela n’entre en jeu que si Microsoft obtient des régulateurs qu’ils se retirent. Il y a quelques années, cela aurait pu sembler assez facile – Washington avait pratiquement donné le feu vert aux grandes entreprises technologiques pour acheter tout ce qu’elles voulaient, et peu de gens y prêtaient attention. Mais les périls entourant Facebook, entre autres, ont changé l’humeur à Washington. À suivre.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20