Les arguments tactiques contre une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine ne sont pas convaincants. Alors pourquoi l’OTAN refuse-t-elle de l’appliquer ?

Alors que les civils ukrainiens subissent de lourdes attaques et que les réfugiés affluent vers les pays d’Europe centrale, les appels à une réponse militaire de l’OTAN se font de plus en plus pressants. Le président ukrainien, Volodimir Zelensky, a demandé une zone d’exclusion aérienne au-dessus de son pays. Mais l’OTAN et les dirigeants occidentaux sont très réticents à le faire. Pourtant, les arguments tactiques contre une zone d’exclusion aérienne ne sont pas convaincants. Alors pourquoi cette réticence ?

La raison évidente pour laquelle les Ukrainiens souhaitent désespérément une zone d’exclusion aérienne est qu’elle limiterait la capacité de la Russie à mener des frappes aériennes sur les villes ukrainiennes. Et ce, malgré le fait que – comme l’a fait remarquer Boris Johnson lors d’une conférence de presse – une zone d’exclusion aérienne n’empêcherait pas la Russie d’utiliser des missiles. Une journaliste ukrainienne avait demandé en larmes au Premier ministre britannique le soutien de l’Occident pour imposer une zone d’exclusion aérienne – ce que Johnson a immédiatement rejeté. Le ministre de la Défense de Johnson, Ben Wallace, s’est également prononcé contre une zone d’exclusion aérienne, affirmant qu’elle empêcherait les avions de guerre ukrainiens d’attaquer les troupes russes au sol.

Mais ces arguments tactiques ne sont pas très convaincants. Une zone d’exclusion aérienne ne signifie pas qu’aucun avion n’est autorisé à voler, mais que des avions de chasse patrouillent constamment dans le ciel. Elle ne s’appliquerait qu’aux avions hostiles, à condition que les appareils ukrainiens soient équipés d’un système d’identification « ami ou ennemi », ce qui empêcherait les hélicoptères d’attaque russes de soutenir les troupes au sol. Cela permettrait également à l’armée de l’air ukrainienne d’attaquer les convois russes qui s’approchent des grandes villes.

Pourquoi une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine n’est pas comparable à celles en Syrie ou en Irak

Alors pourquoi les politiciens occidentaux sont-ils si réticents à établir une telle zone ? Pour la raison la plus fondamentale pour laquelle les États-Unis et les autres États de l’OTAN s’opposent fermement aux missions de combat : la perception des risques d’escalade.

Vladimir Poutine a déjà menacé directement d’utiliser les forces nucléaires en réponse aux mesures économiques et aux attaques politiques contre la Russie. Jusqu’à présent, les dirigeants occidentaux ont ignoré ces menaces, car ils ne les considèrent pas comme crédibles. Mais le vaste arsenal nucléaire de la Russie et les risques d’une guerre plus large dissuadent effectivement les pays de l’OTAN de toute implication militaire au-delà des livraisons d’équipements.

La dissuasion nucléaire fonctionne – elle dissuade l’OTAN, car les dirigeants occidentaux ne sont pas certains de la rationalité du dirigeant russe. En cela, la déclaration d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine diffère fondamentalement de la même mesure au-dessus de l’Irak ou de la Syrie : il n’y avait pratiquement aucun risque de représailles importantes.

Les forces aériennes russes constituent une menace croissante pour l’Ukraine

Il ne fait aucun doute que l’armée de l’air russe dispose de ressources et de capacités bien supérieures à celles de son homologue ukrainienne. Mais à la surprise de beaucoup, la Russie n’a pas réussi jusqu’à présent à établir sa supériorité aérienne, et le ciel ukrainien reste contesté. La question est de savoir pour combien de temps.

Bien que les missiles anti-aériens représentent toujours un risque sérieux pour les avions russes et que les chasseurs ukrainiens puissent encore effectuer des missions défensives à basse altitude, l’armée de l’air russe reste une menace sérieuse et croissante pour l’Ukraine.

L’armée de l’air russe a déployé environ 300 avions modernes près des zones de combat en Ukraine, mais ils n’ont pas effectué beaucoup de missions. Les raisons tactiques n’en sont pas claires, mais il existe déjà quelques hypothèses à ce sujet.

Les Russes pourraient souffrir d’un manque de munitions à guidage de précision, par exemple. Ou ils peuvent avoir des difficultés avec ce qu’on appelle la « déconfliction » dans le jargon militaire : éviter les tirs amis des missiles anti-aériens russes basés au sol. Un autre facteur suggéré est le manque d’expérience de vol des pilotes russes.

L’élimination de la puissance aérienne russe ne serait pas un problème pour l’OTAN

Il ne fait également aucun doute que les avions de l’OTAN seraient en mesure de faire face aux avions russes. Toutefois, l’établissement d’une supériorité aérienne impliquerait une action militaire très intense si la Russie décidait d’en découdre.

Les avions de chasse américains de cinquième génération, le F-22 Raptor et le F-35 Lightning, ont une génération d’avance sur leur équivalent russe le plus avancé, le SU-57. Et ils sont certainement supérieurs à la plupart des avions russes déployés, SU-30 et SU-35. L’OTAN dispose également d’une autre gamme d’avions de combat, notamment le F-15, le F-16 et l’Eurofighter.

En termes d’effectifs et de technologie, l’OTAN dispose des capacités nécessaires pour mener des opérations en Ukraine. L’alliance a déployé « des milliers de forces défensives terrestres et aériennes supplémentaires dans la partie orientale de l’Alliance et des moyens maritimes dans toute la zone de l’OTAN » et a activé ses plans de défense. Cela signifie que des avions supplémentaires de différents États membres patrouillent déjà au-dessus de l’Europe de l’Est.

La capacité de l’OTAN à empêcher la défaite ukrainienne sans déclencher d’escalade nucléaire reste limitée

Mais pour faire respecter une zone d’exclusion aérienne, outre l’attaque et la destruction des avions russes, il faudrait attaquer les défenses antiaériennes russes en Ukraine, ce qui affecterait également les troupes terrestres russes. L’armée de l’air russe étant stationnée en dehors de l’Ukraine, cela nécessiterait également des attaques sur les territoires russe et biélorusse. En réponse, il faut s’attendre à des attaques russes contre les forces de défense aérienne de l’OTAN en Europe centrale et du Sud-Est. Ou recourir au déploiement d’armes nucléaires.

En fait, l’Ukraine a déjà attaqué une base aérienne russe située hors d’Ukraine : la base aérienne de Millerovo, dans la région russe de Rostov, a apparemment été touchée par plusieurs missiles balistiques tirés depuis l’Ukraine. Au moins un Sukhoi Su-30SM a été détruit dans le processus. De telles attaques feraient partie intégrante de toute tentative de faire respecter une zone d’exclusion aérienne. Il est alors presque inévitable que le conflit armé prenne de l’ampleur de manière incontrôlée.

Si les sanctions économiques ne produisent pas les résultats escomptés, si les combats s’intensifient, si un grand nombre de civils ukrainiens sont tués et si le gouvernement tombe, la pression publique sur les pays occidentaux pour qu’ils prennent des mesures décisives pourrait augmenter. Mais la réalité est que le risque d’escalade nucléaire limite fortement la capacité de l’OTAN à empêcher une défaite ukrainienne.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20