Poséidon : la super arme russe qui inquiète l’Occident

Une guerre nucléaire entre la Russie et l’Occident n’est pas vraiment prise au sérieux. Pourtant, personne ne l’exclut totalement. Personne ne sait jusqu’où pourrait aboutir une 3e guerre mondiale. C’est le principe de la dissuasion. Et dans cette stratégie, la Russie possède des armes de poids.

L’une de ces armes est Poséidon, une « super torpille » nucléaire, unique au monde dans ce secteur. Plus précisément, Poséidon est une « torpille nucléaire intercontinentale autonome », comme le décrivent les autorités russes. Beaucoup de mots pour indiquer qu’elle fait beaucoup de dégâts.

Le monde a eu vent de la nouvelle arme russe pour la première fois le 10 novembre 2015, lorsque la chaîne de télévision russe RTV a diffusé « accidentellement » des documents secrets. Un an plus tard, le système Poseidon a été testé pour la première fois, en utilisant un sous-marin russe B-90 Sarov. En 2019, la phase de test s’est achevée ; depuis, la super-arme est prête à être utilisée.

Comment fonctionne-t-elle ?

Poséidon n’est pas seulement une torpille, mais un drone sous-marin sans pilote, qui peut mesurer jusqu’à vingt mètres de long. À une vitesse pouvant atteindre 185 kilomètres par heure, le drone, avec une ogive nucléaire à son extrémité, se dirige vers sa cible. Le drone peut être transporté par des sous-marins russes de la classe Khabarovsk, qui sont toujours en cours de développement, ou de la classe K-329 Belgorod. Ce dernier peut transporter jusqu’à six Poséidon. Les drones eux-mêmes seraient capables de parcourir 10 000 kilomètres en autonomie, bien que de nombreux éléments n’aient pas encore été confirmés.

Cela inclut les ogives. Selon des sources américaines, ces dernières sont enveloppées d’une couche de cobalt, ce qui explique pourquoi Poséidon est également appelé bombe au cobalt. Cette couche garantit que le cobalt 60, hautement cancérigène, peut se répandre sur une énorme surface lors de la détonation. Le Pentagone, le département américain de la défense, n’est pas encore certain de la puissance de la bombe elle-même : certains parlent d’une puissance maximale de 2 mégatonnes, d’autres citent un chiffre de 100 mégatonnes.

Une comparaison avec les armes atomiques antérieures est nécessaire.

Seconde Guerre mondiale

En 1945, Little Boy et Fat Man ont été largués sur Hiroshima et Nagasaki. Les deux villes ont été laissées en ruines, des milliers de Japonais sont morts et des dizaines de milliers d’autres ont été blessés ou ont été en contact avec les radiations radioactives. Little Boy avait une force de 13 à 18 Kilotonnes, Fat Man de 19 à 23 Kilotonnes.

L’arme atomique la plus puissante testée à ce jour était la bombe à hydrogène Tsar Bomba. Elle avait une puissance supposée de 50 à 58 mégatonnes, soit 50 000 à 58 000 kilotonnes. Encore une fois, Poséidon est estimé entre 2 mégatonnes et 100 mégatonnes, ce qui est une différente très importante.

Poséidon au plus fort

Supposons le scénario le plus grave. Une torpille Poséidon d’une force de 100 mégatonnes traverse Ostende, depuis la mer du Nord. Le vent souffle un nuage nucléaire sur le continent européen. Le site web Nukemap donne la possibilité de renseigner tous ces paramètres, ce qui donne le résultat suivant :

Selon cette simulation, à la suite de l’explosion, 240 000 personnes perdront la vie et un demi-million d’autres seront blessées. Ostende et Le Coq seront en ruines à cause de l’onde de choc, les Brugeois, les Bruxellois et même les Ardennais souffriront de brulures au troisième degré à cause de l’explosion. Le nuage radioactif passera au-dessus de la Belgique, de l’Allemagne, de l’Autriche, de la Hongrie et aboutira près de la capitale roumaine, Bucarest.

La Russie disposerait de trente Poseidon. Heureusement, de plus en plus de sources indiquent que la puissance réelle de la bombe serait plus proche de 2 mégatonnes que de 100 mégatonnes. Mais même une bombe de cette puissance pourrait transformer une ville de taille moyenne en no man’s land.

Poséidon est considéré par le Kremlin comme « la bombe du dernier recours » et ne sera, espérons-le, jamais utilisée.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20