L’effet Tiger Woods “ou pourquoi un brillant collègue peut être démotivant pour les autres

En théorie, un brillant employé devrait être une source d’inspiration pour ses collègues. Mais selon des experts, c’est aussi le contraire qui peut se produire, notamment si cet employé modèle surpasse franchement les autres. Ils ont nommé cet effet « l’effet Tiger Woods », lorsqu’ils ont analysé les performances des golfeurs professionnels entre 1999 à 2010 lorsque Tiger Woods dominait le circuit. Lorsqu’il était à l’apogée de sa carrière, les autres golfeurs avaient tendance à avoir de mauvais résultats dans les tournois qu’il pouvait disputer, et se montraient meilleurs en son absence, comme si sa présence avait pour effet de les inhiber.

Selon les recherches, Tiger Woods aurait directement profité de cet effet en empochant 6 millions de dollars supplémentaires dans sa carrière, parce que ses concurrents bâclaient leur golf lorsqu’ils lui étaient opposés.

Les chercheurs de l’université de Northwestern à Chicago affirment que cet effet s’observe aussi dans le monde du travail. Il pourrait être présent dans les entreprises qui ont des politiques d’intéressement au mérite, désignent le meilleur employé du mois, ou donnent des primes aux salariés les plus performants. Si c’est toujours le même employé qui est récompensé, les autres salariés peuvent en concevoir du dépit, et ne plus chercher à se dépasser en conséquence.

Les entreprises devraient donc prendre en compte cet effet pervers lorsqu’elles cherchent à définir leur politique d’intéressement, et à renforcer la concurrence entre leurs employés.