L’économie russe rebondit, mais pour combien de temps?

Immédiatement après l’invasion de l’Ukraine, le rouble russe a fortement chuté. Aujourd’hui, cependant, la monnaie a retrouvé son niveau d’avant-guerre. Tout cela est lié à la politique de l’extrêmement compétente Elvira Nabioullina, la présidente de la Banque centrale de Russie. Les experts préviennent toutefois que cette politique pourrait bientôt être inversée…

Elvira Nabioullina utilise aujourd’hui la même formule qu’en 2014, après l’annexion de la Crimée par la Russie. L’Occident ayant imposé des sanctions à la Russie et le prix du pétrole s’étant effondré, Nabioullina est intervenue en menant une politique de taux d’intérêt élevés et d’inflation relativement faible. Aujourd’hui, la banque centrale, la Banque de Russie, répète la même recette, toujours avec succès, mais cela pourrait bientôt changer.

Plusieurs autres présidents de banques centrales contactés par Politico indiquent que de telles politiques fonctionnent bien à court terme, mais sont trop coûteuses pour être maintenues à long terme. Mārtiņš Kazāks, qui pilote la banque centrale lituanienne, note que les sanctions occidentales contre la Russie sont une intervention à long terme, et qu’elles nuisent déjà à l’économie russe. Il voit dans l’avenir de la Russie un marasme durable, avec un taux de chômage élevé et une croissance très lente.

Un autre président de la banque centrale s’est concentré sur la personne d’Elvira Nabioullina : « Elle a bien fait son travail et continue à faire les bonnes choses. Nabioullina est extrêmement compétente, et s’est entourée de conseillers extrêmement compétents. » Le président met le doigt sur le problème : « Personne dans les milieux économiques et gouvernementaux russes ne s’attendait à ce que les autres banques centrales imposent également des sanctions. »

Plusieurs banquiers centraux indiquent également que l’affirmation « la remontée du rouble montre que les sanctions occidentales ne fonctionnent pas » ne dit pas toute la vérité, voire est complètement fausse.

« Vous pouvez briser vos fenêtres, puis allumer le chauffage et prétendre que c’est l’été », a déclaré Kazāks avec une belle métaphore. « Le taux de change est un chiffre imaginaire. » Il est rejoint dans cette affirmation par Iikka Korhonen, expert de la Russie à la Banque de Finlande : « le rouble n’est plus une monnaie librement convertible. Le taux de change officiel n’est donc plus pertinent. »

Le long terme

Le véritable impact des sanctions occidentales, cependant, est ressenti par la Russie principalement à long terme. Korhonen, par exemple, indique que le resserrement des taux d’intérêt devient un problème pour la banque russe. « Je pense que nous verrons les premiers signes lorsque les banques annonceront leurs résultats du deuxième trimestre », dit-il.

Kazāks appelle même l’Occident à imposer des sanctions encore plus sévères pour aplatir complètement l’économie russe et empêcher le pays de déclencher des guerres à l’avenir. Il est important de noter que l’Europe devrait alors s’attaquer d’abord à sa propre politique énergétique. « Nous devons être capables de nous diversifier, ou de couper les approvisionnements russes avant que la Russie ne trouve elle-même d’autres acheteurs de son énergie. »

Attention aux sanctions

D’autres experts préviennent que les sanctions ne sont pas non plus une panacée. « Il est très étrange de penser que si l’Occident élabore collectivement des sanctions, celles-ci vont immédiatement aplatir la machine de guerre russe », prévient Andris Strazds, conseiller au Conseil européen des relations étrangères. Il ajoute que même un embargo sur le gaz et le pétrole ne sera pas total.

« La Russie a son propre carburant. Elle dispose de ses propres missiles, de son matériel militaire et, malheureusement, de chair à canon. Elle a toutes les ressources nécessaires pour continuer à fonctionner pendant un certain temps », déclare M. Strazds. Il craint également que l’économie mondiale ne ressente l’impact des sanctions d’ici la fin de l’année. « Il en va de même pour les marchés financiers. Le doublement des taux d’intérêt va faire mal. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20