Le sale rôle joué par la Chine dans l’invasion de l’Ukraine apparaît de plus en plus clairement

Pendant des mois, les Américains ont présenté aux responsables chinois des renseignements sur le renforcement des troupes russes dans l’espoir que le président Xi Jinping intervienne, mais ils ont été repoussés à plusieurs reprises. S’il y avait un leader mondial capable de faire réfléchir Poutine à deux fois avant d’envahir l’Ukraine, c’était Xi, pensaient les Américains. Mais il apparaît maintenant que Pékin a simplement partagé avec Moscou les informations issues de ces rencontres avec les Américains.

Pendant trois mois, des hauts fonctionnaires de l’administration Biden ont tenu une demi-douzaine de réunions urgentes avec de hauts fonctionnaires chinois, au cours desquelles les Américains ont présenté des informations montrant le renforcement des troupes russes autour de l’Ukraine et ont imploré les Chinois de convaincre la Russie de ne pas l’envahir.

À chaque fois, les responsables chinois, y compris le ministre des Affaires étrangères et l’ambassadeur de Chine aux États-Unis, ont rejeté les Américains, affirmant qu’ils ne croyaient pas qu’une invasion était en préparation. Après un échange diplomatique en décembre, les responsables américains ont appris que Pékin avait partagé avec Moscou les informations issues des réunions avec les Américains et avait dit aux Russes que les États-Unis tentaient de semer la discorde – et que la Chine ne tenterait pas d’entraver les plans et les actions de la Russie.

Les conversations inédites entre des responsables américains et chinois montrent comment l’administration Biden a essayé d’utiliser les renseignements et les résultats diplomatiques pour persuader une superpuissance qu’elle considère comme un adversaire de plus en plus important de mettre fin à son invasion de l’Ukraine, et comment le président chinois Xi Jinping a persisté à se ranger du côté de la Russie alors même que les preuves des plans d’offensive militaire de Moscou se multipliaient au cours de l’hiver.

Sommet vidéo entre Xi et Biden le 15 novembre

La Chine est le partenaire le plus puissant de la Russie et les deux nations renforcent leurs liens diplomatiques, économiques et militaires depuis de nombreuses années. Xi et Poutine de Russie, deux autocrates qui partagent certaines idées sur le pouvoir mondial, se sont rencontrés près de 40 fois. S’il y avait un leader mondial capable de faire réfléchir Poutine à deux fois avant d’envahir l’Ukraine, c’était Xi, pensaient les Américains.

Mais les efforts diplomatiques ont échoué et Poutine a lancé une invasion à grande échelle de l’Ukraine jeudi matin après avoir reconnu lundi deux enclaves rebelles soutenues par la Russie dans l’est du pays comme des États indépendants.

Les contacts diplomatiques de l’administration Biden avec la Chine pour tenter d’éviter une guerre ont commencé après que Biden et Xi ont tenu un sommet vidéo le 15 novembre. Au cours de la conversation, les deux dirigeants ont reconnu l’existence de problèmes dans les relations entre leurs nations mais ont convenu d’essayer de travailler ensemble sur des questions d’intérêt commun, notamment la sécurité sanitaire, le changement climatique et la prolifération nucléaire.

Après la réunion, les responsables américains ont estimé que le renforcement des troupes russes autour de l’Ukraine était le problème le plus immédiat que la Chine et les États-Unis pouvaient tenter de désamorcer ensemble. Certains responsables ont estimé que le résultat du sommet vidéo indiquait qu’il existait un potentiel d’amélioration des relations entre les États-Unis et la Chine. D’autres se sont montrés plus sceptiques, mais ont estimé qu’il était important de ne rien négliger dans leurs efforts pour empêcher la Russie d’attaquer.

Les supplications tombent dans l’oreille d’un sourd chinois

Quelques jours plus tard, des responsables de la Maison Blanche ont rencontré l’ambassadeur, Qin Gang, à l’ambassade de Chine. Ils ont expliqué à l’ambassadeur ce que les services de renseignement américains avaient découvert : un encerclement progressif de l’Ukraine par les troupes russes, y compris des unités blindées. William J. Burns, le directeur de la CIA, s’était rendu à Moscou le 2 novembre pour confronter les Russes avec les mêmes informations, et le 17 novembre, les responsables américains du renseignement ont fait part de leurs conclusions à l’OTAN.

À l’ambassade de Chine, l’agression de la Russie a été le premier sujet d’une discussion qui a duré plus d’une heure et demie. En plus de fournir des renseignements, les responsables de la Maison Blanche ont dit à l’ambassadeur qu’en cas d’invasion, les États-Unis imposeraient des sanctions sévères aux entreprises, aux fonctionnaires et aux hommes d’affaires russes, allant bien au-delà de celles annoncées par l’administration Obama après la prise de la péninsule de Crimée par la Russie en 2014.

Les responsables américains ont également fait remarquer à l’ambassadeur que les sanctions porteraient également préjudice à la Chine à terme en raison de ses liens commerciaux avec la Russie. Ils ont dit à Qin Gang qu’ils savaient comment la Chine avait aidé la Russie à échapper à certaines des sanctions de 2014, et ont mis en garde contre une telle aide future. Et ils ont fait valoir que la Chine étant largement considérée comme un partenaire de la Russie, son image mondiale pourrait souffrir d’une invasion de Poutine.

Le message était clair : il serait dans l’intérêt de la Chine de convaincre Poutine de ne pas envahir l’Ukraine. Mais leurs supplications sont tombées dans l’oreille d’un sourd. Qin était sceptique et méfiant.

Plus haut dans l’échelle diplomatique

Les responsables américains ont ensuite parlé de la Russie à l’ambassadeur au moins trois autres fois, à l’ambassade et au téléphone. Wendy Sherman, la secrétaire d’État adjointe, a eu une conversation avec lui. M. Qin a continué à exprimer son scepticisme, affirmant que la Russie avait des préoccupations légitimes en matière de sécurité en Europe. Les Américains sont également montés dans l’échelle diplomatique : le ministre des Affaires étrangères Antony Blinken s’est entretenu du problème avec son homologue chinois Wang Yi fin janvier, puis à nouveau lundi, le jour même où Poutine a ordonné l’entrée dans les enclaves ukrainiennes soutenues par la Russie.

M. Blinken a souligné la nécessité de préserver la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, selon un résumé du département d’État américain. Les Américains ont délibérément utilisé la même terminologie que celle que les diplomates chinois aiment utiliser pour avertir les autres pays de ne pas s’impliquer dans les questions concernant Taïwan, le Tibet, le Xinjiang et Hong Kong, qui sont toutes considérées comme des problèmes séparatistes par Pékin.

Les responsables américains ont de nouveau rencontré l’ambassadeur Qin à Washington mercredi et ont entendu les mêmes réfutations. Quelques heures plus tard, Poutine a déclaré la guerre à l’Ukraine à la télévision, et son armée a commencé à bombarder le pays avec des missiles balistiques tandis que des chars traversaient la frontière.

Belgrade, il y a plus de 20 ans

Après que Poutine a ordonné l’envoi de troupes dans l’est de l’Ukraine, mais avant l’invasion à grande échelle, Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a déclaré lors d’une conférence de presse à Pékin que les États-Unis étaient « le coupable des tensions actuelles autour de l’Ukraine ». Et : « Sur la question de l’Ukraine, les États-Unis ont récemment envoyé des armes à l’Ukraine, augmentant les tensions, créant la panique et soulevant même la possibilité d’une guerre. Si quelqu’un continue à verser de l’huile sur le feu et à accuser les autres de ne pas faire de leur mieux pour l’éteindre, un tel comportement est clairement irresponsable et immoral. »

Elle a ajouté : « Lorsque les États-Unis, en cinq vagues, ont poussé l’expansion de l’OTAN vers l’est jusqu’aux portes de la Russie et ont déployé des armes stratégiques offensives avancées en violation de leurs garanties à la Russie, ont-ils jamais envisagé les conséquences de pousser un grand pays contre le mur ? » Jeudi, Hua a également cité un incident diplomatique survenu il y a plus de 20 ans. Le 7 mai 1999, des missiles de l’OTAN ont frappé l’ambassade de Chine à Belgrade, tuant trois ressortissants chinois. Les États-Unis ont affirmé qu’il s’agissait d’une « erreur » causée par une carte périmée, mais la Chine n’en a jamais été convaincue.

Pourquoi nous ne devrions pas être surpris

La rhétorique anti-américaine enflammée de Hua, alors que la Russie était sur le point d’attaquer son voisin, n’est pas vraiment une surprise. Il reprend les principaux points de la déclaration commune publiée par la Chine et la Russie le 4 février, lorsque Xi et Poutine se sont rencontrés lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver à Pékin. Dans ce document, les deux pays déclaraient que leur partenariat n’avait « aucune frontière » et qu’ils entendaient travailler ensemble « contre les nations démocratiques dirigées par les Américains ». La Chine s’est également explicitement rangée du côté de la Russie dans le texte pour dénoncer l’expansion de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord.

Samedi dernier, Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, a critiqué l’OTAN dans une interview vidéo à la conférence sur la sécurité de Munich. Les dirigeants européens, à leur tour, ont accusé la Chine de travailler avec la Russie pour renverser ce qu’eux et les Américains considèrent comme un « ordre international fondé sur des règles ». Wang a déclaré que la souveraineté de l’Ukraine devait être « respectée et garantie » – une référence à un principe de politique étrangère souvent cité par Pékin – mais aucun responsable chinois n’a nommé l’Ukraine en ces termes depuis le début de l’invasion à grande échelle de la Russie.

Les responsables américains affirment que les liens entre la Chine et la Russie semblent plus forts que jamais depuis la guerre froide. Ils se présentent désormais comme un front idéologique contre les États-Unis et leurs alliés européens et asiatiques.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20