‘Le prix du baril de pétrole pourrait bientôt être inférieur à zéro’

(AP Photo/Amr Nabil)

Le prix du pétrole brut de l’ouest du Texas est tombé sous la barre des 25 dollars le baril mercredi. Cela n’était plus arrivé depuis 2002. Sur Fox Business, la chaîne commerciale de l’agence de presse américaine controversée, un analyste affirme que les prix pourraient être beaucoup plus bas, voire en dessous de zéro.

‘Le prix du pétrole pourrait devenir négatif’, déclare Paul Sankey, directeur de la banque d’investissement japonaise Mizuho Securities.

Le coronavirus aplanit l’économie mondiale

La chute des prix du pétrole est une conséquence de la pandémie de coronavirus qui a paralysé l’activité économique mondiale. Au début de ce mois, l’Arabie Saoudite et la Russie n’avaient pas réussi à trouver un accord au sein de l’OPEP+ pour restreindre davantage la production afin de maintenir les prix sous contrôle. Les deux pays ont alors décidé d’inonder les marchés de pétrole, dans une tentative de pousser les producteurs américains d’huile de schiste hors du marché.

Les Saoudiens et les Russes veulent exclure les États-Unis du marché

Tant les Russes que les Saoudiens pensent qu’à long terme, les États-Unis souffriront davantage de la faiblesse des prix. Tout simplement parce que leur coût de production d’un baril de pétrole est beaucoup plus élevé qu’en Russie et en Arabie Saoudite. Le graphique ci-dessous le montre clairement.

Les producteurs vont payer les clients pour acheter du pétrole

Selon Sankey, le pétrole est un marché de 100 millions de barils par jour. L’impact économique de la pandémie pourrait réduire cette demande de 20 millions de barils par jour. Après quoi, un excédent est créé. Mais la ‘réalité physique’ est que le pétrole qui est pompé doit être consommé ou stocké. Si le coût du stockage devient trop élevé – ou s’il n’y a tout simplement pas assez d’espace supplémentaire – il y a de fortes chances que les producteurs de pétrole paient leurs clients pour acheter du pétrole.

Le président américain Trump a annoncé dimanche qu’il allait acheter de grandes quantités de pétrole. Avec cela, il veut reconstituer les réserves stratégiques. Selon Sankey, cela signifie que les États-Unis vont stocker 2 millions de barils supplémentaires par jour pendant un maximum de 4 mois.

Mais d’ici là, le pétrole de schiste américain et le pétrole de sables bitumineux canadien pourraient avoir un prix négatif. Parce qu’il dépasse toute demande et doit être stocké quelque part. Les prix négatifs du pétrole commencent lorsque le coût du stockage est plus élevé que ce que le marché est prêt à payer pour un baril.

Entre 10 et 20 dollars le baril

Sankey n’est pas le seul à Wall Street à tirer la sonnette d’alarme sur le prochain tsunami pétrolier. L’offre excédentaire de l’OPEP et de la Russie, associée à l’effondrement de la demande, pourrait conduire à un excédent physique que les entrepôts mondiaux ne peuvent pas gérer, selon Francisco Blanch de la Bank of America. Selon lui, au cours du second semestre 2020, la crise du coronavirus pourrait laisser le monde avec un excédent de 900 millions de barils. Il estime que l’on dispose actuellement d’environ 1,5 milliard de barils d’espace de stockage.

Dans ce scénario, Blanch craint un prix autour de 10 dollars le baril plutôt qu’un prix nul.

En début de semaine, la banque d’affaires Goldman Sachs a revu à la baisse ses prévisions pour un baril de pétrole. La banque visualise un prix entre 20 et 22 dollars le baril au deuxième trimestre.

Lire aussi: