Le prix de l’uranium atteint son plus haut niveau depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima: le marché craint un nouveau boycott de l’énergie russe

Le prix de l’uranium, le combustible des réacteurs nucléaires, a atteint vendredi son plus haut niveau depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011. Deux choses jouent des tours au marché, note le média économique américain Business Insider.

Pourquoi est-ce important ?

La Russie et l'Ukraine sont de grands exportateurs de matières premières ; le conflit entre ces deux nations a fait grimper les prix des matières premières, du pétrole au blé en passant par le nickel. Certains prix ont atteint leur niveau le plus élevé jamais enregistré.

L’agence de presse Bloomberg rapporte que le président américain Joe Biden est en train de consulter l’industrie nucléaire de son pays sur les conséquences d’éventuelles mesures punitives à l’encontre de la société russe d’énergie nucléaire Rosatom. Cette société d’État est impliquée dans l’extraction et l’enrichissement de l’uranium et est un important fournisseur de combustible et de technologie nucléaires pour les centrales du monde entier.

Dans le même temps, depuis mercredi, le dirigeant russe Vladimir Poutine a annoncé l’interdiction de certaines exportations russes. Bien que l’on ne sache pas précisément quels biens ou matières premières seront soumis à ces restrictions, l’annonce a suscité des inquiétudes quant à son impact sur les exportations d’uranium russe.

Ces deux menaces (potentielles) font transpirer le marché sur l’approvisionnement en uranium, souligne Business Insider.

Alternatives moins chères

Les prix de l’uranium sur le marché au comptant ont augmenté de 11,7% vendredi pour atteindre 60,40 $ la livre, selon les données de Trading Economics. Il s’agit du niveau le plus élevé depuis mars 2011, lorsqu’un accident à la centrale nucléaire japonaise de Fukushima a fait fondre le combustible d’uranium et a provoqué une onde de choc dans le secteur: les prix ont eu du mal à se rétablir pendant des années. L’uranium a maintenant augmenté de 118% par rapport à l’année dernière.

« Du côté de la demande, la hausse des prix du pétrole et du gaz naturel a incité les services publics à rechercher des alternatives moins coûteuses », écrit TradingEconomics à propos de la hausse du prix de l’uranium.

L’embargo sur le pétrole et d’autres produits énergétiques russes décrété par l’administration Biden en début de semaine est considéré comme une mesure qui fait et fera grimper les prix de l’énergie. Mais il n’inclut toutefois pas l’uranium, rappelle l’agence de presse Reuters.

Dépendance à l’égard du Kazakhstan, de l’Ouzbékistan et… de la Russie

L’industrie nucléaire américaine dépend de la Russie et de ses alliés, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, pour une grande partie de l’uranium qui alimente ses centrales. En 2020, la Russie représentait environ 16% de l’uranium et 23% de l’uranium enrichi utilisé dans les réacteurs nucléaires américains, qui doivent être rechargés tous les deux ans, selon les chiffres de Bloomberg.

La production d’uranium russe est contrôlée par Rosatom, qui fournit plus de 35% de l’uranium mondial, notamment par le biais de filiales. La société a été fondée par Poutine lui-même en 2007 et constitue une source de revenus importante pour la Russie.

« La production américaine est négligeable »

On ne sait pas encore ce qu’une interdiction de l’uranium russe signifierait pour les centrales nucléaires et les importateurs de combustible américains. Néanmoins, les principaux acteurs du secteur ont appelé la Maison Blanche à autoriser la poursuite des importations en provenance de Russie.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas avoir d’uranium et d’enrichissement russes », a souligné Chris Gadomski, analyste de l’industrie nucléaire, cité par Bloomberg NEF. « L’uranium russe est moins cher que les autres sources mondiales, alors que la production américaine est négligeable. »

Les USA n’ont plus qu’une seule usine d’enrichissement commerciale, dans l’État du Nouveau-Mexique. Elle est détenue par Urenco, un consortium britannique, allemand et néerlandais.

Urenco, le deuxième producteur mondial de combustible nucléaire, a déclaré jeudi qu’il s’attendait à ce que les « incertitudes géopolitiques » persistent sous l’administration Biden. La société a souligné la nécessité de « chaînes d’approvisionnement géographiquement diversifiées », selon Bloomberg.

Quid en Europe ?

One ne sait pas si une interdiction de l’uranium russe pourrait aussi s’appliquer à l’Europe, ni comment cela pourrait affecter l’approvisionnement en combustible des pays du bloc, où plusieurs usines s’approvisionnent en uranium auprès des filiales de Rosatom.

La centrale électrique Loviisa de Fortum Oyj en Finlande, par exemple, a un contrat avec Rosatom qui court jusqu’en 2027 – à moins que la centrale n’obtienne une nouvelle licence d’exploitation. Environ 15% des approvisionnements de la compagnie d’électricité allemande Uniper proviennent de Rosatom: la société n’a pas fait de commentaires sur la façon dont elle prévoit de diversifier ses approvisionnements si nécessaire. En revanche, la France et le Royaume-Uni disposent de stocks de combustible d’une durée de vie d’environ deux ans. Dans notre pays, c’est Synatom qui est responsable de l’approvisionnement en uranium: elle est active sur le marché des concentrés d’uranium.

La Slovaquie, qui tire plus de la moitié de son énergie des réacteurs et du combustible nucléaire russes, cherche à diversifier son approvisionnement. Au début du mois, le pays d’Europe centrale a laissé entendre qu’il pourrait coopérer avec d’autres exploitants de réacteurs russes en République tchèque, en Hongrie et en Finlande. Les Slovaques veulent accélérer un éventuel transfert après l’expiration de leur contrat avec Rosatom en 2026.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20