Le potentiel concurrent russe à Airbus et Boeing veut se faire une place au soleil

Le duopole dans l’aviation intercontinentale des constructeurs Airbus et Boeing est sous pression. Le Comac C919 chinois espère arracher des parts de marché aux compagnies aériennes occidentales, mais avec l’avion MC-21 d’Irkut, la concurrence russe se manifeste également.

Le développement du MC-21 a été ralenti par un certain nombre de problèmes techniques, mais l’avion a finalement été certifié pour le transport de passagers en décembre de l’année dernière. Il sera utilisé pour des services réguliers sur les lignes intérieures russes plus tard cette année.

Selon un certain nombre d’analystes, l’avion d’Irkut pourrait devenir un rival potentiel des appareils vieillissants des constructeurs occidentaux. Après tout, l’A320 d’Airbus est entré en production dans la seconde moitié des années 1980. Le Boeing 737 remonte même à la seconde moitié des années 1960.

Une longue histoire

La Russie a une longue histoire dans le domaine de l’aviation civile, mais depuis la chute de l’URSS, l’industrie a montré peu d’activité. Il y a deux ans, à peine quatorze avions étaient construits en Russie.

Il s’agit d’une production qu’Airbus réalise en une seule journée pendant les périodes de pointe. Un certain nombre de constructeurs d’avions traditionnels, tels que Tupolev et Ilyushin, n’ont pas mis de nouveaux modèles sur le marché au cours des 30 dernières années.

Cependant, cela pourrait maintenant changer. Le MC-21 a effectué sa première mission d’essai il y a près de cinq ans. L’avion, qui peut transporter 163 passagers en deux classes, pourrait devenir un rival important pour Airbus et Boeing selon plusieurs analystes.

« Sur le papier, le MC-21 devrait laisser le dernier Airbus A320neo derrière lui en termes de performances de vol », reconnaît l’analyste Nico Buchholz.

Toutefois, selon les observateurs, on peut se demander si l’avion russe est réellement supérieur à ses rivaux occidentaux en termes d’efficacité, de fiabilité et de performances dans la pratique. Le MC-21 devrait en fait commencer à voler cet été pour Rossiya, une filiale d’Aeroflot.

Confort

Le MC-21 devrait également offrir plus de confort. L’habitacle de l’avion russe est 11 centimètres plus large que celui de l’Airbus A320 et par rapport au Boeing 737, il y a même un excédent de 27 centimètres. Cependant, il n’y a pas assez de place pour offrir une rangée de sièges supplémentaire. Cela signifie qu’il y a plus d’espace disponible pour les passagers.

Le problème est que les avions russes doivent s’appuyer dans une large mesure sur des composants occidentaux, notamment des moteurs et des matériaux composites. Le MC-21 s’appuie notamment sur les moteurs du constructeur américain Pratt & Whitney.

Les matériaux composites sont achetés auprès de fournisseurs américains et japonais. Toutefois, dans le climat politique actuel, il n’est pas certain qu’Irkut puisse continuer à compter sur les composants occidentaux. En outre, Irkut espère pouvoir approvisionner un certain nombre de clients étrangers, comme l’Iran. Ce faisant, l’entreprise pourrait toutefois se heurter à des sanctions occidentales.

Les prochaines versions de l’avion pourraient être équipées de moteurs du constructeur russe Aviadvigatel, mais aucune certification n’a encore été obtenue.

Irkut affirme avoir déjà reçu 175 commandes fermes pour le MC-21. En outre, il y aurait des centaines de précommandes. Le marché intérieur, en particulier, pourrait revêtir une grande importance à cet égard.

« Au cours des vingt prochaines années, plus de 800 nouveaux avions de la catégorie du MC-21 seront nécessaires rien qu’en Russie », déclare Yury Slyusar, directeur général de United Aircraft Corporation, la société mère d’Irkut. « Après le marché national, les opportunités sur le marché international seront également explorées. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20