Le plus gros avion-cargo du monde, made in Ukraine, va renaitre de ses cendres avec l’aide du fondateur de Virgin Galactic

Le milliardaire britannique Richard Branson n’a pas toujours la tête dans l’espace, ses pieds sont aussi parfois sur terre et la guerre en Ukraine ne lui a pas échappé. Il s’est d’ailleurs rendu sur place et pourrait même contribuer à aider le pays à retrouver une part de ce qui faisait sa fierté avant la guerre.

Envahie par son voisin russe au mois de février, l’Ukraine a cumulé de nombreuses pertes humaines et matérielles, mais aussi symboliques – de même que des réussites et victoires. Au 4e jour de la guerre, le pays a en effet perdu l’Antonov AN-225, soit l’avion le plus grand et le plus lourd du monde. Un véritable drame pour l’Ukraine, le Mriya – comme il était surnommé (« rêve » en français), faisait en effet la fierté de la nation. Mais l’Ukraine n’a pas dit son dernier mot et compte bien faire renaitre de ses cendres ce mastodonte de l’aviation et une personnalité de marque pourrait bien contribuer au projet.

Richard Branson, le sauveur

Le fondateur de Virgin Galactic s’est en effet rendu sur place pour voir de ses propres yeux la carcasse du Mriya. Le député du parti ukrainien Serviteur du peuple, Davyd Arakhamia, a partagé des photos sur Telegram de la visite de Richard Branson dans l’aéroport d’Antonov, site qui fut le théâtre de l’une des plus féroces batailles contre l’envahisseur russe.

Dans un message accompagnant les clichés, le député a assuré que le fondateur de Virgin Galactic avait « exprimé sa volonté d’aider » l’Ukraine à réparer l’aérodrome, ainsi qu’une nouvelle version de l’Antonov An-225.

« Les occupants russes peuvent tout détruire, mais jamais le rêve », a déclaré mercredi Arakhamia, rapporte Business Insider. « Nous travaillons déjà sur un projet de construction d’un nouvel avion », a-t-il ajouté, sans préciser s’il s’agissait du projet déjà en cours depuis des années ou d’un nouveau.

De son côté, Richard Branson a en effet indiqué sur Twitter vouloir venir en aide à l’Ukraine, sans préciser sous quelle forme. Il n’a d’ailleurs pas confirmé ni infirmé vouloir s’impliquer dans la renaissance de l’Antonov, mais étant donné son intérêt pour l’aéronautique et les moyens dont il dispose, c’est tout à fait probable.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20