Le Pentagone suspend les livraisons de F-35 car une pièce de l’avion est fabriquée en Chine

Bouleversement au sein du ministère américain de la Défense, maintenant qu’il apparaît qu’un composant de l’avion de combat F-35 est fabriqué en Chine. Le ministère a même décidé de suspendre la livraison de tous les futurs F-35 jusqu’à ce qu’un remplaçant (occidental) soit trouvé.

Le F-35 est pour de nombreuses forces aériennes l’avion du futur. Plusieurs pays utilisent déjà ce chasseur-bombardier, tandis que d’autres (comme la Belgique) attendent encore les premiers exemplaires commandés.

Problème bureaucratique

L’armée américaine dispose actuellement de 442 unités répartis entre la marine et l’armée de l’air, et 2.014 autres sont en cours de production. Cependant, la livraison de ces derniers est désormais temporairement interrompue : un aimant dans l’avion serait fabriqué à partir d’un alliage provenant de Chine. Bien que la matière première chinoise ne pose pas de problème en soi, elle contrevient aux Federal Defence Acquisition Regulations (DFARS), qui stipulent que les États-Unis doivent s’appuyer principalement sur leur propre marché pour fournir des matériaux destinés aux véhicules, équipements ou armes de l’armée du pays.

L’alliage constitue donc un problème purement bureaucratique ; il n’y a aucun danger pour les avions eux-mêmes. « Nous avons confirmé que la magnéto ne transmet pas d’informations et n’affecte pas l’intégrité de l’avion. En outre, les performances, la qualité, la fiabilité ou les risques de sécurité n’ont pas été affectés, de sorte que les F-35 actuellement opérationnels peuvent fonctionner comme d’habitude », a déclaré Russ Goemaere, porte-parole du ministère américain de la défense, cité par CNN.

L’assemblage a commencé

En outre, Lockheed Martin, le fabricant des F-35, a déjà trouvé une alternative à l’alliage chinois, qui sera utilisé pour les futurs avions. Le problème aura donc peu d’impact sur le calendrier de livraison, et les 34 F-35A (la variante standard) que notre pays a commandés arriveront donc à temps.

L’entreprise italienne de défense Leonardo a commencé la construction des deux premiers F-35 belges en juillet. Les pièces sont ensuite expédiées depuis l’usine Leonardo de Cameri, une municipalité du nord de l’Italie, vers l’usine d’assemblage de Lockheed Martin à Fort Worth, au Texas. Les premiers F-35 de notre pays sont attendus d’ici 2025.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20