Le nouveau CEO de Proximus se veut ouvert aux syndicats

Isopix

Guillaume Boutin, le nouveau CEO de Proximus, souhaite mener le dialogue social avec les syndicats de l’entreprise de télécommunications sur le long terme.

C’est ce qu’il a déclaré mardi devant le Comité des entreprises publiques de la Chambre des représentants. Le Français veut les impliquer dans sa vision stratégique. ‘Collectivement, nous sommes toujours plus intelligents que seuls’, a-t-il dit.

M. Boutin a annoncé qu’il avait rencontré les syndicats depuis qu’il est devenu PDG le 1er décembre. ‘Je leur ai dit que nous devrons à l’avenir apporter certains ajustements à notre dialogue afin d’anticiper les situations difficiles avant même qu’elles ne surviennent’, a-t-il déclaré. ‘C’est pourquoi nous devons rétablir un dialogue social à long terme.’

1.300 emplois perdus

Un accord de restructuration conclu la semaine dernière a mis fin à une longue période de troubles sociaux chez Proximus, bien que le syndicat socialiste continue à lui seul à rejeter le plan. Au bout du compte, ce ne sont pas 1.900, mais 1.300 emplois qui seront perdus. Boutin a souligné que la direction souhaite éviter autant que possible les licenciements forcés, notamment par le biais d’un plan de départs volontaires attractif. Proximus promet des conseils à ceux qui doivent partir involontairement.

Le nouveau PDG a laissé les députés en suspens au sujet de ses projets pour l’entreprise. ‘J’ai besoin de quelques mois de plus pour élaborer mon plan à long terme’, dit-il. Le président Stefaan De Clerck a ajouté que le conseil d’administration discutera du plan stratégique au début de l’année prochaine et que les actionnaires peuvent s’attendre à plus d’informations lors de l’assemblée générale en avril.