Le mystère du Scheherazade: le propriétaire d’un immense superyacht est gardé totalement secret. Est-ce Poutine lui-même ?

Des ports allemands de la mer du Nord à la Côte d’Azur, la chasse aux superyachts est lancée. Les autorités de toute l’Europe chassent les navires de luxe des oligarques russes dans le but de blesser les alliés de Vladimir Poutine. À Marina di Carrara, une petite ville italienne sur la côte toscane, l’un des superyachts les plus grands, les plus récents et les plus chers au monde – le Scheherazade – fait l’objet d’une enquête de la police italienne. Mais il y a un problème : à qui appartient ce yacht estimé à 650 millions d’euros ? A Poutine lui-même ?

Le yacht a deux ponts d’hélicoptères et est parsemé de tourelles satellites. À l’intérieur, comme le montrent les photos d’un ancien membre de l’équipage, il y a une piscine avec une couverture rétractable qui se transforme en piste de danse. On y trouve aussi une salle de gym entièrement équipée et les salles de bains ont des accessoires en or.

Dans le petit monde des plus grands superyachts (il n’en existe que 14 dans le monde d’au moins 140 mètres de long), le Scheherazade est le seul dont aucun propriétaire n’est publiquement identifié. Cela a alimenté la spéculation selon laquelle il pourrait s’agir d’un milliardaire du Moyen-Orient ou d’un Russe super riche – peut-être Poutine lui-même.

Le capitaine du navire, Guy Bennett-Pearce, un citoyen britannique, nie que Poutine possède ou n’ait jamais été sur le yacht. « Je ne l’ai jamais vu. Je ne l’ai jamais rencontré », a-t-il déclaré. Il a ajouté que le propriétaire ne figurait sur aucune liste de sanctions. Il n’a pas exclu la possibilité que la personne puisse être russe, mais a refusé d’en dire plus sur l’identité du propriétaire, citant un « accord de non-divulgation étanche » que lui et l’équipage du navire étaient tenus de signer.

En tout cas, la police financière italienne a ouvert une enquête, et des enquêteurs italiens sont montés à bord vendredi à la recherche de documents. Lundi soir, le capitaine Bennett-Pearce a déclaré qu’il n’avait « pas d’autres choix » que de remettre des documents révélant l’identité du propriétaire aux autorités italiennes. Il a dit qu’il le ferait mardi et on lui a dit qu’ils seraient traités « de manière confidentielle ».

Un mystère provoqué par un degré inhabituel de secret

Le mystère concernant le propriétaire du navire est né parce qu’il existe un degré inhabituel de secret autour de celui-ci. Non seulement les entrepreneurs et les membres d’équipage ont signé des accords de non-divulgation, comme sur de nombreux superyachts, mais le navire a également une couverture pour cacher l’étiquette de son nom. Et lorsqu’il est arrivé au port, des ouvriers ont construit une haute barrière métallique sur la jetée pour abriter partiellement le yacht des regards.

Le président américain Biden a annoncé la semaine dernière la formation d’un groupe de travail conjoint avec le Royaume-Uni et l’Union européenne pour traquer les actifs, y compris les yachts, qui pourraient appartenir à des oligarques dans la sphère d’influence de Poutine et qui risquent des sanctions en réponse à la décision d’invasion de l’Ukraine par la Russie. Des sanctions ont été imposées à des centaines de personnes et la liste ne cesse de s’allonger.

Déterminer les propriétés que les super-riches veulent garder cachées n’est pas facile

La semaine dernière, les autorités françaises ont saisi le yacht Amore Vero près de Marseille alors qu’il s’apprêtait à partir. Il appartient à Igor Sechin, le patron de la compagnie pétrolière publique russe Rosneft. En Italie, la police de Sanremo a saisi le Lena, un yacht appartenant à Gennady Timchenko, un ami de Poutine qui dirige une société d’exportation de pétrole. Dans la ville voisine d’Imperia, la police a également saisi le Lady M, un yacht appartenant à Alexei Mordashov, l’un des hommes les plus riches de Russie. Le sort du Dilbar, l’un des plus grands yachts du monde qui, selon les États-Unis, appartient à l’oligarque Alisher Usmanov, n’est pas clair. Il est à Hambourg et les autorités allemandes retiennent apparemment les permis nécessaires à son départ.

Certains des plus grands superyachts appartiennent à des Russes qui ne figurent pas sur la liste des sanctions. Le deuxième plus grand au monde, l’Eclipse, avec un système de défense antimissile et un mini-sous-marin, appartient à Roman Abramovich, le milliardaire qui est en train de vendre sa participation dans le club de football londonien de Chelsea. Andrey Melnichenko, baron du charbon milliardaire, possède un autre mastodonte : le Sailing Yacht A.

Déterminer les propriétés que les super-riches veulent garder cachées n’est pas facile, surtout sans mandat légal, car elles sont souvent gardées avec diligence par des banquiers privés et des avocats. Et cachées via des sociétés-écrans opaques, dans des paradis offshore. Le Scheherazade bat pavillon des îles Caïmans et son propriétaire, Bielor Assets Ltd., est enregistré aux îles Marshall. La société de gestion du yacht, également enregistrée aux îles Caïmans selon le capitaine Bennett-Pearce, opère à partir du navire et utilise une villa de location dans la ville voisine de Lucca comme adresse.

Tout le monde à Marina di Carrera l’appelle « yacht de Poutine », mais personne ne sait à qui il appartient vraiment

Les habitants ont leur propre théorie sur la propriété du navire. Certains ont entendu des gens à bord parler russe. Et Scheherazade est aussi le titre d’une symphonie du compositeur russe Nikolai Rimsky-Korsakov. Tout le monde à Marina di Carrera l’appelle « yacht de Poutine », mais personne ne sait à qui il appartient vraiment.

Un autre navire, plus petit, le Graceful, a longtemps été lui aussi lié au leader russe et surnommé « yacht de Poutine ». Il a quitté l’Allemagne et a navigué vers le port russe de Kaliningrad quelques semaines seulement avant l’invasion de l’Ukraine.

Les responsables du gouvernement américain ont déjà souligné que Poutine lui-même possède officiellement peu de choses ; bon nombre des maisons luxueuses ou des navires qu’il utilise appartiennent à des oligarques. Poutine semble avoir une prédilection pour les grosses embarcations de plaisance. Pendant son temps en tant que dirigeant de la Russie, il a été photographié sur des yachts, du nord de la Russie à la mer Noire au sud. En mai dernier, lui et Alexandre Loukachenko, le président de la Biélorussie, ont fait une croisière sur un yacht dans la station balnéaire de Sotchi sur la mer Noire.

Le constructeur du Scheherazade, Lurssen Group, dont le site Web promet aux clients une « confidentialité totale », a également refusé de faire des commentaires sur son propriétaire. Jusqu’en juin 2020, lorsque le navire achevé a quitté la jetée de Brême, en Allemagne, il portait le nom de code « Lightning ». La même entreprise a construit un superyacht encore plus grand, le Dilbar. Un yacht gigantesque similaire, nommé Luminance, est en cours de construction par Lurssen et devrait être achevé l’année prochaine.

Le yacht a navigué vers Sotchi au cours de chacun des deux derniers étés, la dernière fois début juillet 2021

Environ 70 % de l’équipage du Scheherazade est russe, selon le capitaine Bennett-Pearce. Et au cours de chacun des deux derniers étés, le yacht a navigué vers Sotchi, la dernière fois début juillet 2021. La construction du navire a été gérée par Imperial Yachts, une société basée à Monaco qui, selon Reuters, gère l’Amore Vero, le yacht saisi de Sechin.

Un ancien membre d’équipage, qui a parlé anonymement au New York Times de l’accord de non-divulgation, a déclaré que ses compagnons de bord appelaient le Scheherazade « le yacht de Poutine ». Il affirme que le navire est piloté par un équipage international pendant les périodes d’absence du « patron » ; mais lorsque le « patron est à bord », l’équipage est remplacé par un état-major entièrement russe. Dans les semaines qui ont précédé le voyage du Scheherazade en mer Noire en 2020, l’équipage étranger a même été licencié.

L’ancien membre d’équipage a fourni des photos de listes de membres d’équipage internationaux et russes. Le New York Times a contacté au moins 17 d’entre eux via les réseaux sociaux, par téléphone ou par e-mail. Peu ont répondu. L’un des Russes a déclaré « qu’il serait dangereux de parler ».

L’autre piste: les Mille et une nuits

Selon le capitaine Bennett-Pearce, l’histoire du changement d’équipage est un non-sens. De nombreux officiers supérieurs du navire viennent de Grande-Bretagne, de Nouvelle-Zélande et d’Espagne. De nombreux membres d’équipage internationaux ont en effet été licenciés en 2020, mais ils ont été remplacés par des Russes, selon le capitaine, « qui n’ont pas exigé les salaires et avantages élevés dont bénéficiaient leurs prédécesseurs ».

Il y a une autre piste. Le Scheherazade partage son nom avec un personnage des Mille et Une Nuits. L’histoire raconte que le roi Shahriaar a tué sa femme après qu’elle l’ait trompé avec un de ses esclaves. Avec le temps, pour ne plus jamais être blessé, le roi a décidé d’épouser une nouvelle vierge chaque nuit et de la faire mettre à mort le lendemain matin, après la nuit de noces.

La fille rusée du grand vizir, Shéhérazade, voulant faire cesser les exécutions quotidiennes de jeunes femmes, demande alors à son père de l’offrir comme épouse au roi. Elle a un plan pour éviter l’exécution: après avoir fait l’amour avec lui, elle lui raconte une histoire mais s’arrête brusquement à un moment tendu. Pour savoir comment cela se termine, le roi l’épargne. La nuit suivante, la suite arrive mais lorsque l’histoire est terminée, Shéhérazade commence une nouvelle histoire. Elle continue cela pendant 1001 nuits. Chacune se termine par une histoire inachevée. En attendant, elle donne à Shahriaar quelques enfants. Lorsque les histoires se terminent enfin, le roi en en est venu à l’aimer tellement qu’il lui pardonne et lui permet de devenir sa femme définitive.

Le Scheherazade a effectué un court voyage en mer Rouge en septembre 2020, faisant escale dans la ville portuaire égyptienne d’Hurghada. Mais il reste surtout à Marina di Carrara, où il se trouve depuis septembre de l’année dernière. Son nom pourrait aussi pointer vers un milliardaire du Moyen-Orient.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20