Le mot de l’année 2022 est…

L’année 2022 a montré que la pyramide de Ponzi est de retour en force. De nombreux fraudeurs malhonnêtes, ainsi que des entreprises et des gouvernements, se sont rendus coupables de collecter des fonds pour les utiliser à leurs propres fins. Tout en faisant semblant de gérer une entreprise légitime. La hausse des taux d’intérêt rendra déjà la chose beaucoup plus difficile en 2023, car les investisseurs sont désormais bien plus méfiants. La pyramide de Ponzi est donc le mot de 2022, selon moi.

Une tradition annuelle

Selon la tradition annuelle, un « mot de l’année » est choisi dans chaque pays. Cette année, c’est le mot « klimaatklever » qui a gagné en Flandre. Cela désigne les activistes qui se collent à des objets pour dénoncer l’état de la Terre. En Belgique francophone, il est le mot de l’année est « vélotaffer », qui désigne l’habitude d’utiliser son vélo pour se rendre au travail.

Le Financial Times a choisi le thème actuel mais quelque peu banal de « l’inflation ». The Economist a opté pour le « travail hybride », qui est devenu la norme depuis la pandémie.

Je choisirais un mot qui vient de fêter ses 100 ans : la pyramide de Ponzi. Cette fraude porte le nom du super-fraudeur Charles Ponzi, qui promettait à ses investisseurs des rendements de 50% (!) en 45 jours. Il a payé les premiers investisseurs avec l’argent provenant de l’afflux continu de nouveaux investisseurs naïfs. Ce conte de fées a fini par prendre fin, car ces rendements étaient (et sont) insoutenables.

Charles Ponzi – Photo by Gircke/ullstein bild via Getty Images

Les caractéristiques d’une pyramide de Ponzi

Il s’agit d’un système pyramidal, où le sommet peut s’enrichir tant qu’il y a un afflux d’investisseurs ou d’acheteurs à la base qui croient à l’histoire.

Les caractéristiques typiques d’un tel système sont les suivantes :

  • Il n’y a pas de modèle économique rentable. Ce sont généralement des belles paroles sans rien derrière.
  • L’investisseur ou l’acquéreur se voit promettre de gros rendements. Souvent d’environ 10% et surtout … particulièrement récurrents.
  • L’organisateur verse à ses investisseurs initiaux le rendement promis.
  • Le schéma se poursuit jusqu’à ce que l’afflux de nouveaux investisseurs ou d’investisseurs se tarisse. Cela se produit majoritairement lorsque les conditions économiques changent radicalement, par exemple lorsque les taux d’intérêt augmentent ou que le marché boursier s’effondre.

L’exemple le plus connu : Bernard Madoff

Après le krach boursier de 2008, l’empire de Bernie Madoff, un courtier basé à New York qui avait réussi à détourner 65 milliards de dollars, a explosé. Il a utilisé le schéma classique de Ponzi en promettant et en payant des rendements élevés à ses investisseurs initiaux. Cependant, l’afflux de nouveaux investisseurs s’est arrêté et la fraude a été révélée. Il a été condamné à 150 ans de prison et y est mort en 2021.

Photo by Mario Tama/Getty Images

2022 : une année charnière

Comme 2008 et 1929, 2022 a été une année charnière, séparant le bon grain de l’ivraie. Cette fois-ci en raison d’un trident de drames financiers :

  • L’arrêt de la création monétaire par les banques centrales.
  • L’inflation galopante.
  • Et enfin, la hausse des taux d’intérêt.

En 2022, 3 schémas de Ponzi se sont distingués :

La bulle immobilière en Chine

Les critiques jugeront que l’ensemble du secteur immobilier est une pyramide de Ponzi qui survit parce que, pour l’instant, il y a toujours un afflux de nouveaux clients qui font en sorte que les prix des maisons et des appartements continuent d’augmenter. La question est de savoir ce qui se passe lorsque l’afflux de nouveaux acheteurs disparaît.

Les Chinois ont tout faux, néanmoins. Dans ce pays, il est courant que les promoteurs vendent leurs projets à l’avance, puis obtiennent de l’argent auprès de banques amies pour acheter de nouveaux terrains, déjà sans aucun dépôt de leur propre capital. Tout s’est bien passé tant qu’il y avait de nouveaux acheteurs. En Chine, pourtant, la nouvelle génération ne veut plus croire à ce battage immobilier, ce qui entraîne l’effondrement de ce château de cartes. Lex, la rubrique de conseils financiers du Financial Times, estime la perte ici à 1 100 milliards de dollars pour l’État chinois. Cet argent devrait servir à soutenir le marché immobilier.

Presses à billets des banques centrales

Si leur rôle a été crucial lors de la crise énergétique et de la pandémie, les banques centrales ont été en partie responsables de la grande bulle boursière et immobilière. Ils reviennent maintenant quelque peu sur leur décision, mais entre-temps, de nombreux actifs sont surévalués et s’effondrent. Outre les cryptomonnaies (en baisse de 80 %), les valeurs technologiques – en particulier les startups et les scaleups – ont également perdu entre 50 et 90 % cette année. Beaucoup d’actifs se sont révélés être de l’air, mais cela n’a été possible que grâce aux injections massives de liquidités par les banques centrales dans le système financier.

FTX gagne la couronne

Le gagnant de cette année, cependant, est FTX avec son PDG barbare Sam Bankman Fried. Celui-ci a réussi à convaincre beaucoup de nouveaux investisseurs d’acheter des crypto sur sa plateforme FTX, puis de transférer l’argent vers son véhicule d’investissement Alameda Research. Là, l’argent a été utilisé pour investir dans des placements à risque. Une partie des fonds a aussi été consacrée à un certain nombre de villas coloniales dans les Caraïbes. 36 milliards de dollars sont partis en fumée.

Les systèmes de Ponzi perdureront tant que l’argent et la cupidité régneront sur le monde, c’est-à-dire tant que le capitalisme régnera en maître. Il s’agit de ne pas se laisser prendre au piège. L’adage est toujours d’actualité : « Si quelque chose est trop beau pour être vrai, c’est généralement le cas. » (ddw)

Sam Bankman Fried de FTX. (Lam Yik/Bloomberg via Getty Images)

Xavier Verellen est un auteur et un entrepreneur dans le domaine du vin. (www.qelviq.com)

(RVW)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20