Le milliardaire Ray Dalio prévient: « Ce dont nous sommes témoins aujourd’hui s’est produit de nombreuses fois dans l’Histoire » – et les Etats-Unis pourraient être à la fin de leur empire

Le grand investisseur américain Ray Dalio prévient que les États-Unis sont au bord d’une catastrophe qui pourrait sonner le glas de son empire. Le fondateur et co-investisseur principal de Bridgewater Associates, le plus grand fonds spéculatif du monde, a écrit un livre sur la montée et la chute des empires mondiaux : Principles for dealing with the changing world order. Dans des interviews accordées aux médias économiques CNBC et Business Insider, il associe ses prophéties de malheur à des conseils en matière d’investissement: « En période de turbulences, il est également important d’avoir un portefeuille sûr et bien équilibré ».

« J’ai appris à revenir aux choses du passé », a expliqué Ray Dalio à Insider. « L’étude de la Grande Dépression, par exemple, m’a permis (…) de prévoir la crise financière de 2008 et de m’en sortir. Notre fonds spéculatif a gagné beaucoup d’argent alors que la plupart des gens étaient en mauvaise posture financière. »

Monnaie de réserve du monde

C’est donc sur le passé que porte le dernier livre de Dalio, Principles for dealing with the changing world order. Il y fait un zoom sur l’histoire des empires néerlandais, britannique et américain au cours des 500 dernières années. Il parle principalement de leurs monnaies, qui sont devenues les monnaies de réserve du monde (comme le dollar aujourd’hui). Il compare également leur position historique avec celle des empires chinois, indien, allemand, français, japonais et russe.

Dalio conclut que tous ces empires ont traversé des cycles économiques, politiques et d’endettement relativement prévisibles. Il estime que les empires ont eu tendance à décliner après environ 250 ans. Il affirme aussi que la combinaison d’une inégalité croissante, d’une énorme dette nationale et d’un système politique dysfonctionnel, associée à la montée de la Chine en tant que rival, mettra les États-Unis en difficulté.

Dalio veut que les gens soient conscients des cycles de l’histoire, et qu’ils comprennent le danger que courent les États-Unis. « Nous sommes à un moment critique », prévient-t-il. « Soit nous surmonterons nos différences et travaillerons ensemble, soit nous aurons une forme de (…) guerre civile et/ou une guerre extérieure. »

Diversification

Les principaux facteurs qui déterminent la santé d’un empire, dit-il, sont son poids financier, son ordre interne, l’existence d’une puissance concurrente, les catastrophes naturelles et la capacité humaine à innover – la seule chose qui puisse surmonter ces défis.

Il fait valoir que ces défis sont de plus en plus importants aux États-Unis, alors que la Chine est en pleine expansion et que ses citoyens ont des revenus plus élevés et une espérance de vie plus longue que jamais.

L’ampleur de ces menaces rend la diversification d’autant plus importante, estime Dalio. Il exhorte les investisseurs à s’assurer que leurs portefeuilles sont équilibrés et offrent des rendements stables après inflation et impôts – deux préoccupations de plus en plus pressantes.

« L’équilibre garantit un risque faible sans réduire les rendements », explique-t-il à propos de l’approche qu’il adopte avec Bridgewater. « La diversification est le gratis lunch (une référence à la citation de Milton Friedman, ‘There’s no such thing as a free lunch‘ ; tout coûte de l’argent, ndlr). »

« Évitez l’argent liquide »

Il recommande donc de rester pleinement investi et… d’éviter les liquidités.

« Le cash n’est pas un investissement sûr car il sera taxé par l’inflation », a argumenté le fondateur de Bridgewater sur CNBC.

« Vous ne pouvez pas augmenter le niveau de vie en augmentant la quantité d’argent en crédit dans le système, car c’est juste plus d’argent qui court après la même quantité de biens », a-t-il analysé. « Cela affectera les marchés financiers de la manière dont nous l’avons vu et cela affectera le taux d’inflation. Cela n’augmentera pas le niveau de vie de manière significative. Comme l’inflation commence alors à faire mal, ça a des conséquences politiques. »

Il prévoit que la Réserve fédérale, qui chapeaute les banques centrales américaines, devra maintenir des taux d’intérêt bas pour continuer à imprimer de la monnaie et à produire de la dette. Les investisseurs devront donc l’anticiper.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20