Mauvais timing: le géant américain des puces Nvidia victime d’une cyberattaque

Le fabricant américain de puces Nvidia a été victime d’une cyberattaque. La société a déclaré à Reuters et à d’autres agences de presse qu’elle avait ouvert une enquête. Il n’est actuellement pas question d’un lien avec le conflit militaire en Ukraine.

Nvidia est pour l’instant très avare d’informations sur cette cyberattaque. « Nous enquêtons sur un incident. Nos affaires et nos activités commerciales se poursuivent sans interruption. Nous sommes toujours en train d’évaluer la nature et la portée de l’incident et nous n’avons aucune information supplémentaire pour le moment », a déclaré le porte-parole Hector Marinez dans un communiqué de presse.

Une cyberattaque de grande ampleur

Un employé du géant de la puce a donné quelques détails au Telegraph. Selon lui, il s’agissait d’une cyberattaque de grande envergure au cours de laquelle les systèmes internes ont été complètement compromis pendant deux jours. Les systèmes internes de messagerie et de développement auraient été régulièrement hors ligne ces derniers jours.

Le timing de cette cyberattaque est à tout le moins surprenant. Elle est intervenue après l’annonce par les États-Unis de sanctions contre la Russie. L’Occident a réagi avec stupeur à l’invasion russe en Ukraine. Avec, entre autres, des sanctions économiques, l’UE et les États-Unis tentent de faire pression sur le président russe Vladimir Poutine pour qu’il mette fin à l’attaque, sans résultat pour l’instant.

Jusqu’à présent, cependant, rien ne prouve qu’il existe un lien entre la cyberattaque contre Nvidia et ce qui se passe en Europe de l’Est. En tout état de cause, l’organisme américain de surveillance de l’internet CISA a appelé vendredi les entreprises américaines à être vigilantes face à une cyberattaque. « Chaque organisation, grande ou petite, doit être préparée à des cyberactivités perturbatrices », peut-on lire dans l’avertissement. La Russie a déjà fermé plusieurs fois des sites (gouvernementaux) ukrainiens au cours des dernières semaines.

Et l’Europe ?

Selon les experts, il est tout à fait possible que les pirates russes ciblent des sites européens. « Mais nous savons aussi que la Russie a dans son tiroir des armes virtuelles qui n’ont pas été déployées jusqu’à présent. Pourraient-ils éteindre les lumières de toute l’Europe en appuyant sur un bouton ? Vraisemblablement oui, cette probabilité est assez élevée », nous a déclaré en début de semaine Kenneth Lasoen, spécialiste de la cyberguerre à l’Institut Clingendael.

Miguel De Bruycker, directeur du Centre for Cybersecurity Belgium, a déclaré ces derniers jours dans plusieurs médias belges qu’il n’y a actuellement aucune menace concrète de cyberattaques dans notre pays. « Les tensions géopolitiques entraînent une augmentation de la cybermenace, mais nous ne voyons pas de menaces ou d’attaques concrètes pour le moment », a-t-il déclaré dans une interview accordée à Trends jeudi.

Il a toutefois ajouté que la possibilité que quelque chose se produise n’est jamais exclue. « Il est donc très important que toutes les entreprises et organisations en Belgique examinent aujourd’hui leurs plans d’urgence internes, afin de savoir comment elles feront face aux cyberincidents », a déclaré M. De Bruyckere.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20