Le futur de la Station spatiale internationale assuré jusqu’à la fin de la décennie

Les États-Unis continueront à soutenir l’exploitation de la station spatiale internationale (ISS) jusqu’à la fin de cette décennie. C’est ce qu’a déclaré Bill Nelson, directeur de la NASA, l’agence spatiale américaine. M. Nelson a précisé que le gouvernement américain souhaite poursuivre les recherches scientifiques à bord de la station spatiale avec des partenaires internationaux, dont la Russie.

Toutefois, l’approbation du Congrès américain est encore nécessaire pour poursuivre l’exploitation de la station spatiale jusqu’à la fin de la décennie. Les partenaires internationaux doivent également accepter une prolongation du projet. Actuellement, l’exploitation de la station est assurée pour les deux années à venir.

Coopération internationale

L’agence de presse russe Interfax avait déjà signalé en août que la Russie et les États-Unis poursuivraient leur coopération sur la station spatiale au-delà de cette date. Interfax citait un haut responsable de l’agence spatiale russe Roscosmos.

« Comme de plus en plus de pays sont actifs dans l’espace, il est plus important que jamais que les États-Unis jouent un rôle de premier plan dans les alliances internationales autour de la station spatiale », a fait valoir Bill Nelson. La Russie et les États-Unis collaborent étroitement à bord de la station spatiale internationale depuis plus de deux décennies.

Toutefois, les responsables américains avaient prévenu en novembre qu’un essai de missile effectué par la Russie pour détruire des satellites en orbite terrestre basse avait créé un vaste champ de débris. Il a été noté que ces débris pourraient également mettre en danger la station spatiale et menacer d’autres activités dans l’espace pendant des années.

Secteur privé

Cette année, la station spatiale internationale peut se réjouir d’une nouvelle première. À la fin du mois prochain, la première mission dont l’équipage sera composé exclusivement d’astronautes privés est prévue. La mission Axiom 1 (Ax-1) sera dirigée par le vétéran Michael López-Alegría.

López-Alegría a mis fin à sa carrière à la NASA il y a dix ans. Il a passé au total plus de 257 jours dans l’espace. Il a également effectué dix sorties dans l’espace pour un total de 67 heures et 40 minutes. En plus de trois vols avec la navette spatiale, il a également volé une fois avec un Soyouz TMA-9 russe vers l’ISS.

La mission d’Ax-1 partira du Centre spatial Kennedy à bord d’une fusée Falcon 9 de Spacex. L’équipage est composé de quatre astronautes privés. La mission est dirigée par la société spatiale Axiom Space, qui est également responsable de la majeure partie de la formation des astronautes.

Le commandant Michael López-Alegría sera accompagné lors de la mission par le pilote américain Larry Conner et les membres d’équipage Mark Pathy du Canada et Eytan Stibbe d’Israël.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20