Le FMI met en garde : « Introduire le bitcoin comme monnaie légale est un bon moyen de plonger votre pays dans un gouffre financier »

Donner cours légal au bitcoin, c’est fragiliser son économie. Voilà ce que doit entendre le Salvador, où la cryptomonnaie est récemment devenue un moyen de paiement officiel. Le Fonds monétaire international (FMI) met en garde aujourd’hui sans équivoque.

Sans devise nationale propre, le Salvador a légalisé le bitcoin aux côtés du dollar américain depuis septembre dernier. Cela signifie que vous pouvez depuis payer avec la cryptomonnaie dans les commerces, régler vos factures d’entreprise avec, mais également verser vos impôts.

Cela rend le Salvador unique au monde pour le moment, mais tout le monde ne chante par pour autant les louanges de ce petit pays d’Amérique centrale. Le FMI avait précédemment déclaré qu’il avait de sérieuses réserves et le dit maintenant clairement : « Le bitcoin ne devrait pas être utilisé comme monnaie légale ».

« Un danger pour le pays »

Dans une analyse de la situation financière du pays, l’organisation écrit que les fortes fluctuations du prix du bitcoin (BTC) représentent un danger pour les consommateurs et le système financier, maintenant que la monnaie est un moyen de paiement officiel.

De plus, son utilisation peut également avoir des conséquences majeures pour la trésorerie de l’État. La crainte est que si les consommateurs, les entreprises, les banques et l’État détiennent une grande partie de leur argent en bitcoins, cela pourrait valoir beaucoup moins du jour au lendemain, avec toutes les conséquences que cela comporte.

En ce qui concerne le FMI, le pays devrait donc imposer immédiatement des exigences strictes sur les fonds propres pour les banques qui ont des cryptos dans leurs bilans, afin de s’assurer qu’elles ne s’effondrent pas si le marché des cryptos s’effondre à nouveau.

Est-ce important l’avis du FMI ?

L’avertissement du FMI pourrait avoir de graves conséquences pour le Salvador. Les pays en mauvaise santé financière peuvent emprunter de l’argent à l’organisation, mais ils doivent alors remplir une série de conditions. Or, l’économie salvadorienne n’est pas en grande forme. Le Salvador, qui a reçu l’an dernier 389 millions de dollars (345 millions d’euros) d’aide, est en pourparlers avec le fonds monétaire depuis des mois au sujet d’un nouveau prêt international.

Avant d’accorder une nouvelle aide, le FMI veut être le plus sûr possible que l’argent finira par revenir. Des réformes sont souvent nécessaires pour cela. L’institution a précédemment annoncé qu’elle prenait en compte le projet Bitcoin du Salvador dans les négociations pour un nouveau prêt.

Bitcoin City

Malgré le scepticisme du Fonds monétaire international (FMI), le Salvador poursuit sa « bitcoinisation« . Pas plus tard qu’hier, le président du pays a annoncé qu’il souhaitait construire une nouvelle « ville du bitcoin » . Cette ville utiliserait l’énergie géothermique d’un volcan pour répondre à ses besoins énergétiques.

L’argent pour construire la ville doit être collecté grâce à un emprunt spécial au travers d’obligations gouvernementales. Le pays utilise des bitcoins qu’il possède déjà comme garantie pour cela. L’intention est de consacrer la moitié du financement à la construction de la ville et l’autre moitié sera utilisée pour… acheter plus de bitcoins.

« La Belgique ne peut pas légaliser le bitcoin »

L’adoption de la « Bitcoin Law » au Salvador et sa récente entrée en vigueur avaient piqué la curiosité de nombreux observateurs, en ce compris celle de nos politiques belges. Une question parlementaire écrite avait été adressée à ce propos au ministre des Finances pour savoir si pareille législation était envisageable en Belgique.

« La Belgique ne peut pas donner cours légal au bitcoin », avait exclu le ministre Vincent Van Peteghem (CD&V), insistant sur le fait que seul l’euro est la monnaie officielle dans l’ensemble de la zone euro. « Une telle décision devrait être prise au niveau Européen, mais il est hautement improbable qu’une telle décision soit prise. »

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20