« Le Covid-19 persiste, mais la fin de la pandémie est proche »

L’intensité de la transmission d’Omicron est si élevée que les mesures politiques – extension du port du masque, augmentation de la couverture vaccinale chez les personnes qui n’ont pas encore été vaccinées ou administration d’une troisième dose de vaccins dans les semaines à venir – auront un impact limité sur le déroulement de la vague d’Omicron. C’est ce qu’écrit le médecin et chercheur en santé américain Christopher Murray dans la revue The Lancet.

Murray est professeur à l’université de Washington à Seattle. Il y est président du Health Metrics Science et directeur de l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME).

Murray fonde son travail, entre autres, sur les estimations de l’IHME. Celles-ci montrent que l’augmentation du port du masque à 80 % de la population ne réduirait les infections cumulées que de 10 % au cours des quatre mois suivants.

« Augmenter les mesures n’a toujours pas de sens »

The Lancet : « Il est peu probable que l’intensification des rappels de vaccins ou la vaccination des personnes qui n’ont pas encore été vaccinées aient un impact substantiel sur la vague Omicron, car au moment où ces interventions seront étendues, la vague Omicron sera largement passée. »

M. Murray émet toutefois une réserve pour les pays où la vague Omicron n’a pas encore commencé. Là, l’extension de l’utilisation des masques pourrait avoir un effet plus important. Selon lui, ces interventions sont toujours efficaces pour protéger les gens du Covid-19. Cependant, la vitesse de la vague Omicron est telle que les mesures politiques prises au niveau mondial au cours des 4 à 6 prochaines semaines auront peu d’effet sur son cours.

D’après ses calculs, les ondes d’Omicron ont atteint un pic dans 25 pays le 17 janvier 2022. Cela dans cinq régions de l’OMS et dans 19 États des États-Unis. Le pic Omicron devrait se produire dans la plupart des pays entre aujourd’hui et la deuxième semaine de février 2022. Les pays où la vague n’a pas encore commencé – en Europe de l’Est et en Asie du Sud-Est – sont en queue de peloton.

Les mesures visant à augmenter les tests Covid, par exemple, risquent de faire plus de mal que de bien. Parce que davantage de personnes seront exclues du travail ou de l’école, alors qu’elles n’affecteront guère le cours de la vague Omicron elle-même.

« Il est temps de revoir les mesures de contrôle contre le Covid-19 »

« À l’ère de l’Omicron, je pense que les stratégies de contrôle des Covid-19 doivent être revues. Étant donné la vitesse et l’intensité de la vague d’Omicron, les tentatives de détection des contacts semblent futiles à mon avis. »

Murray en conclut que d’ici mars 2022, une grande partie du monde sera infectée par le variant Omicron. Avec l’augmentation de la vaccination, l’utilisation dans de nombreux pays d’une troisième dose de vaccin et les niveaux élevés d’immunité acquis par l’infection, l’immunité contre le SRAS-CoV-2 dans le monde devrait atteindre un niveau sans précédent pendant un certain temps. Par conséquent, le monde doit s’attendre à de faibles niveaux de transmission du virus pendant plusieurs semaines ou mois. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20