Le confinement profite à Spotify qui passe les 130 millions d’abonnés

Daniel Ek, le CEO de Spotify. (Isopix)

En pleine pandémie, les mesures de lockdown sont une opportunité en or pour l’entreprise suédoise de streaming musical. Elle a annoncé mercredi un bond de 31% du nombre de ses abonnés, qui atteint désormais les 130 millions. Elle a également enregistré une hausse de 22% des recettes au premier trimestre. Le tout bien mieux que prévu.

Spotify crève le plafond, et ce malgré un ralentissement des ventes de publicité dû à la propagation du coronavirus. Car la pandémie force aussi la population mondiale à se confiner chez elle et donc à consommer davantage de musique, que ce soit pour se divertir ou mettre un fond sonore pendant le télétravail.

‘Les routines matinales ont changé de manière significative’, affirme Spotify dans un communiqué. ‘Chaque jour ressemble maintenant au weekend.’ Logique: puisque de nombreux employés sont forcés à travailler de chez eux, ils n’écoutent plus de musique le matin sur le chemin du travail.

Selon l’entreprise, cela impacte toutefois davantage les podcasts que la musique. Et tout n’est pas rose: la consommation et les utilisateurs actifs quotidiens ont été touchés sur des marchés comme l’Italie et l’Espagne par exemple, qui ont été durement frappés par la pandémie dès le début.

‘Apporter joie et confort’

Mais les utilisateurs actifs mensuels et le nombre d’abonnés payants (Premium) n’ont pas connu de baisse dans les zones où la consommation a diminué. Et les changements d’habitudes ont aussi du positif. Le nombre de personnes écoutant la musique via la télévision et les consoles de jeux a ainsi augmenté de plus de 50%.

‘Nous avons la chance, en tant qu’entreprise, de pouvoir fonctionner avec très peu de perturbations et nous espérons que le fait de fournir de la musique, des informations et une évasion à de nombreuses personnes peut apporter un peu de joie et de confort’, ajoute Spotify.

L’entreprise compte en outre 286 millions d’utilisateurs actifs mensuels dans le monde, soit une augmentation de 31%.

Le pub en souffrance

Le secteur de la publicité de Spotify a été le plus durement touché par la crise du coronavirus. Les revenus publicitaires de la société n’ont pas été à la hauteur des attentes, les prévisions de revenus pour l’année ont donc été revues à la baisse. L’entreprise prévoit maintenant des recettes totales de l’ordre de 1,75 milliard d’euros à 1,95 milliard d’euros, bien en dessous des 2,02 milliards d’euros prévus, selon les données de Refinitiv.

Mais dans l’ensemble, Spotify reste optimiste. Convaincu que son modèle d’entreprise est ‘particulièrement bien positionné’ pour faire face à la crise actuelle. On ne lui donnera pas tort.

Lire aussi: