Le confinement donne un sérieux coup de boost à la livraison par drone

Les drones jaunes de Wing sont reconnaissables entre mille. (Isopix)

Les drones vont-ils bientôt remplacer les livreurs? La crise du coronavirus en tout cas a fait grimper le nombre de livraisons effectuées par ses robots volants.

Il y a encore quelques mois, les livraisons par drone était encore vues comme un service du futur, voire accessoire. Aujourd’hui, c’est bel et bien devenu une réalité aux Etats-Unis, en Australie et en Finlande. La société Wing, filiale d’Alphabet, y effectue des tests. Depuis le début du confinement, elle a doublé son nombre de livraison, notamment en Virginie, indique l’agence de presse Bloomberg.

Ce mode de livraison permet en effet d’éviter que les livreurs ne rentrent en contact avec les clients. Cela limite encore un peu plus la propagation de la maladie et protège le personnel.

Comment ça marche?

Dans les villes en test, Wing s’est associé avec des petits commerces comme les cafés, les boulangeries ou encore les pharmacies. Le client peut alors directement commander sur l’application ce dont il a besoin et il est livré en un temps record par drone. Mais une petite vidéo sera bien plus représentative qu’un long discours:

Wing est aussi en partenariat avec FedEx et est donc capable de livrer de petits colis pour l’entreprise.

Avec une vitesse de vol de 113 km/h, le drone peut vous apporter votre commande en quelques minutes. Il évite tous les aléas de la circulation comme les embouteillages ou les feux rouges. Bien plus rapide donc qu’un livreur Uber Eats ou Deliveroo par exemple.

Et c’est tout bon pour les commerces. Le Mockingbird Cafe en Virginie a vu ses ventes augmenter de 50% depuis qu’il peut livrer avec Wing.

Avec le confinement, la filiale d’Alphabet pense à étendre les produits disponibles à la livraison en ajoutant, par exemple, du papier toilette, du dentifrice, des pâtes ou de la nourriture pour enfant.