Le complot visant à assassiner un juge de la Cour suprême est symptômatique de la politique américaine

Aux États-Unis, un homme qui avait l’intention d’assassiner le président de la Cour suprême Brett Kavanaugh a été arrêté la semaine dernière. Le suspect a déclaré à la police qu’il était en colère à cause de la fuite du projet de la Cour d’abroger la loi sur l’avortement (Roe versus Wade). Le manque d’action sur le contrôle des armes à feu faisait également partie de ses mobiles. Il a avoué qu’il était venu pour tuer Kavanaugh.

Cet incident est la dernière manifestation en date de la croissance inquiétante de la violence politique en Amérique.

Bien que les assassinats politiques dans le monde occidental aient été beaucoup plus courants à l’époque qu’aujourd’hui, aucun juge de la Cour suprême n’a jamais été assassiné en Amérique – probablement parce que, jusqu’à récemment, cette fonction n’était pas considérée comme particulièrement politique. Mais ce n’est plus le cas.

Si un président est assassiné, comme cela s’est produit quatre fois dans l’histoire des États-Unis, il est remplacé par son vice-président.

Mais lorsque le Président et le Sénat sont contrôlés par l’autre parti, l’assassinat d’un juge est un acte qui peut changer fondamentalement la composition de la Cour.

Il est impossible de surestimer l’influence de ces juges sur la société

Il sera impossible de surestimer l’influence de ces juges sur la société américaine. Ils prennent la décision finale dans à peu près tous les sujets chauds. Cela va du contrôle des armes à feu à l’euthanasie en passant par l’avortement, la sécurité sociale ou le mariage gay.

La nomination des juges en chef est l’une des décisions les plus importantes que prend un président au cours de son mandat. Les conséquences vont bien au-delà du mandat d’un président et peuvent toucher des générations entières. Car les membres de la Cour suprême sont nommés à vie. Les juges ont donc tendance à rester à la Cour suprême jusqu’à ce qu’un président de leur couleur soit au pouvoir.

Imaginez que la tentative d’assassinat de Kavanaugh ait réussi. Le président Biden aurait condamné l’attaque en termes absolus et aurait qualifié la violence politique d’inacceptable.

Mais soyez également sûr que le juge en chef qu’il aurait nommé pour remplacer Kavanaugh n’aurait pas été quelqu’un qui veut renverser Roe vs. Wade.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20