Le Best-seller au Japon : “Pourquoi avoir 90 ans est génial”

Au Japon, les livres destinés aux personnes âgées sont en plein essor. Non seulement la population âgée du pays constitue un marché important pour les éditeurs, mais elle est également le sujet de nombreux ouvrages. Il existe ainsi une multitude de livres à succès de vieux auteurs, écrit le magazine The Economist.

Parmi ces livres, on trouve le best-seller « Age 90: what’s so great about it? ». Ce livre écrit par Aiko Sato, une auteure de 95 ans, est un essai humoristique sur les difficultés des personnes âgées. Rédigé du début à la fin avec un stylo, l’ouvrage s’est vendu à un million d’exemplaires en 2017 et est devenu un best-seller. En 2018, le prix littéraire a été attribué à Chisako Wakatake, auteure âgée de 63 ans, pour son premier roman « Live by Myself » dont la protagoniste, Momoko, a 74 ans.

Réflexion

« La littérature est le reflet de la vie réelle« , explique The Economist. Dans le Japon vieillissant, il existe une multitude de livres à succès de vieux auteurs. Ces livres parlent de la vie durant la vieillesse. Le livre « The Finished Person » de Makiko Uchidate, âgée de 70 ans, débute par la phrase « La retraite est un enterrement vivant ». L’ouvrage décrit les aventures d’un salarié à la retraite.

La population japonaise compte la plus forte proportion de personnes de plus de 65 ans au monde. Cette catégorie de population représente 28% de la population totale du pays. Les Japonais vivent plus longtemps et sont en meilleure santé, explique The Economist. Beaucoup de Japonais peuvent profiter d’une retraite de 20 à 30 ans. Pendant une partie importante de cette période, les seniors japonais sont également très alertes d’un point de vue intellectuel.

Alors que les Japonais dépensent moins en livres, ce n’est pas le cas pour les plus de 60 ans. La chaîne de distribution japonaise Lawson a même récemment décidé de constituer un portefeuille de livres destinés aux groupes de population les plus âgés.

Femmes fortes

Selon l’Institut de recherche sur les publications (RIP), un organisme basé à Tokyo, les livres d’écrivains ridés attirent également les lecteurs plus jeunes. Certains se préparent à leur vieillesse ou veulent mieux comprendre le nombre croissant de personnes âgées qu’ils observent autour d’eux, explique l’institut. D’autres découvrent de la pertinence dans les thèmes abordés tels que la solitude, un problème qui dépasse de loin les générations plus âgées.

La caractéristique la plus notable de ce nouveau genre est que la grande majorité des auteurs et des personnages principaux sont des femmes. Les écrivains ara-hun (« centenaires ») sont particulièrement populaires.

Les lecteurs expliquent que les livres comme celui d’Aiko Sato les aident à être plus positifs. Les femmes n’ont pas seulement une espérance de vie plus longue. Leur popularité témoigne également du soutien apporté aux femmes fortes qui s’engagent avec passion dans leur travail, phénomène qui n’est que trop rare dans le Japon actuel.