L’Asie dispose d’un surplus de diesel : un moyen d’atténuer la crise énergétique européenne ?

Au moins cinq cargos quittent l’Asie pour l’Europe ce mois-ci. Les trois millions de barils de diesel embarqués pourraient bien atténuer la crise énergétique du continent.

Il s’agit du plus grand nombre de barils expédiés en Europe au cours des cinq derniers mois. Avec des prix plus élevés sur le continent, associés à une économie chinoise en berne et à une demande plus faible en Inde, il commence à devenir moins cher pour les vendeurs de diesel d’expédier la marchandise d’Asie en Europe.

Les navires mettront environ un mois pour atteindre le continent. « Les négociants profitent des économies d’échelle pour rendre l’arbitrage est-ouest (route Asie-Europe, ndlr) praticable en chargeant leurs cargaisons sur de plus gros pétroliers », a déclaré à Bloomberg Serena Huang, analyste en chef pour l’Asie de la société de données Vortexa.

380.000 barils par jour

Les réserves de gaz de l’Europe s’amenuisant, les pays se tournent de plus en plus vers des sources d’énergie alternatives pour passer l’hiver prochain. Des pays comme la Suède et l’Allemagne ont prévenu qu’ils devront de plus en plus se tourner vers le pétrole et le charbon pour sécuriser leur approvisionnement énergétique.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), cela augmentera la demande de pétrole de quelque 380.000 barils par jour, principalement en Europe et au Moyen-Orient.

L’Asie pourrait être la grâce salvatrice. Le pays devrait produire un excédent de 215.000 barils par jour. Le Moyen-Orient devrait également connaître une hausse des stocks, selon les analystes de S&P.

Des profits rentables pour les compagnies pétrolières

En raison de l’augmentation de la demande de pétrole et de la flambée des prix qui en résulte, les compagnies pétrolières du monde entier ont réalisé des bénéfices importants au cours des derniers mois. Les cinq plus grandes compagnies pétrolières occidentales ont affiché des bénéfices de près de 50 milliards de dollars au dernier trimestre, tandis que le géant pétrolier saoudien Saudi Aramco a pu enregistrer à lui seul 48 milliards de dollars.

Plusieurs personnalités, telles que le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres et le président américain Joe Biden, ont condamné les compagnies pétrolières au cours des dernières semaines. Ils considèrent qu’il est immoral que les entreprises se portent si bien alors que de grandes parties du monde souffrent des prix élevés de l’énergie.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20