L’administration Trump retire sa mesure controversée contre les étudiants étrangers

EPA-EFE/CJ GUNTHER

L’administration Trump retire les directives qui obligeaient les étudiants étrangers à quitter le pays.

Le 6 juillet, l’ICE (U.S.Immigration and Customs Enforcement) annonçait que les élèves fréquentant des universités qui enseignaient leurs cours uniquement en ligne devaient quitter le pays. L’ICE est responsable du respect des lois sur l’immigration. Au total, environ 1 million d’étudiants auraient pu être affectés par la mesure.

La mesure a suscité beaucoup de protestations. Plus de 200 universités et quelque 18 États américains ont intenté des poursuites contre le gouvernement fédéral. Dans la Silicon Valley, la mesure a été qualifiée ‘d’inacceptable’ et ‘nuisible à l’image des États-Unis’.

À aucun moment, le gouvernement n’a pu justifier cette mesure. Lors de l’un de ces procès mardi à Boston, le juge a signalé ‘que le gouvernement avait décidé de revenir au statu quo’. Et l’avocat d’ICE a confirmé ses propos.

Retour physique à l’école

Derrière cette mesure qui n’aura pas duré longtemps, la volonté de Donald Trump de remettre les étudiants dans les universités à la rentrée (en automne aux États-Unis). Un bras de fer qui donnait la priorité aux étudiants américains au détriment des étudiants étrangers dans un contexte de crise sanitaire. Alors que de nombreuses université préfèrent conserver leurs cours en ligne.

Ce bras de fer est aussi financier. Un million d’étudiants étrangers ont contribué environ 41 milliards de dollars à l’économie américaine en 2019. La plupart d’entre eux doivent complètement payer leurs frais d’inscription. À l’Université Harvard – qui a été la première à annoncer une année universitaire complète en ligne – ces inscriptions coûtent entre 50.000 $ et 75.000 $ par an.