« La stagflation est là! »

Selon le rapport de septembre du département américain du Travail, 194.000 emplois ont été créés dans l’économie américaine le mois dernier. La prévision était pourtant de 500.000 nouveaux emplois. Peter Schiff, économiste en chef d’Euro Pacific Capital, estime que la faiblesse du rapport sur l’emploi, combinée à la hausse générale des prix, ne peut signifier qu’une chose : la stagflation est un fait.

Pourquoi est-ce important ?

Peter Schiff, célèbre cryptocritique, examine de plus près la situation économique dans son dernier podcast. Schiff, qui n'a jamais été l'analyste le plus positif, prédit depuis des années une crise économique majeure. Il voit maintenant des signes de stagflation : une situation dans laquelle l'inflation est élevée (dépréciation monétaire, montée en flèche des prix), la croissance économique au ralenti et le chômage toujours élevé. Il n'est pas le premier économiste à tirer la sonnette d'alarme : Nouriel Roubini l'a précédé dans cette démarche.

Jerome Powell, président de la Réserve fédérale, avait déclaré qu’un rapport sur l’emploi « décent » garantirait que le parapluie de la banque centrale américaine commence à réduire son programme de soutien.

« Si c’était le chiffre dans lequel la Fed mettait ses espoirs, alors il est clair, maintenant que ce chiffre est connu, que la banque centrale ne va pas faire de tapering (réduction progressive de la politique d’assouplissement monétaire, ndlr) Et qu’elle ne fait que bluffer quand elle prétend qu’elle va arrêter les mesures de soutien », a déclaré Schiff.

L’analyse attribue la dévaluation du dollar aux mesures de soutien que la Fed a prises (et continue de prendre) au début de la pandémie. Plus elle crée de dollars, moins les dollars existants ont de valeur.

Moins d’emplois gouvernementaux

Une forte baisse des emplois publics a réduit la croissance globale de l’emploi. Comme Schiff le souligne, ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose.

« Le seul moyen de payer le personnel du gouvernement est de payer des impôts. Ainsi, lorsqu’il n’y a plus d’employés du gouvernement, c’est en fait un avantage pour le contribuable car il est soulagé de la charge de payer leurs salaires. Et bien sûr, une grande partie du travail gouvernemental qui est effectué perturbe la productivité. En fait, nous nous portons mieux sans ces travailleurs, car ils ne font qu’entraver la productivité de tous les autres », estime-t-il.

Taux d’emploi

Ainsi, bien que la croissance de l’emploi n’ait pas été à la hauteur des attentes, le chômage est passé de 5,2% à 4,8%. « À première vue, cela semble positif. Mais l’une des raisons pour lesquelles ce chiffre a baissé est que de nombreuses personnes ont tout simplement quitté le marché du travail. Le taux d’emploi est passé de 61,7% à 61,6% », souligne-t-il.

Selon Schiff, c’est une autre raison pour laquelle il est peu probable que la Fed fasse du tapering dans l’immédiat. Powell a déclaré qu’il examinait le taux d’activité de la population active.

« Le salaire horaire moyen a augmenté de 0,6%, mais les salaires réels continuent de baisser. L’inflation ronge la croissance des revenus. »

Marchés obligataires

Pendant ce temps, les prix du pétrole ont dépassé les 80 dollars le baril. C’est la première fois depuis 2014 que nous voyons le pétrole aussi haut. Schiff estime que cette flambée, ainsi que la hausse des prix des matières premières en général, ont effrayé le marché obligataire. Normalement, des données économiques faibles devraient entraîner une hausse des prix des obligations et une baisse des taux d’intérêt. Au contraire, les rendements obligataires ont augmenté à cause de l’inflation.

« Les rendements obligataires n’augmentent qu’en raison de l’inflation. Ils n’augmentent pas en raison d’une économie forte, mais d’une inflation plus élevée. Ce n’est pas négatif pour l’or. L’inflation qui fait baisser le prix des obligations devrait également faire monter le prix de l’or. La seule raison pour laquelle il ne l’est pas est que le marché s’attend toujours à ce que la Fed lutte contre l’inflation. Chaque fois que nous voyons plus de preuves d’une inflation plus élevée, l’or est martelé parce que les investisseurs supposent que la Fed va faire quelque chose. L’histoire est la suivante : la Fed pensait que l’inflation était transitoire et elle avait tort. Et parce qu’elle a eu tort, et que de plus en plus de preuves apparaissent qu’elle avait tort, la Fed doit maintenant changer sa politique et devenir plus agressive. »

Malgré cela, les investisseurs n’achètent pas d’or

Normalement, les nouvelles de l’inflation combinées à des données économiques faibles seraient un grand plus pour l’or. L’or a d’abord augmenté en raison des mauvaises nouvelles, comme on pouvait s’y attendre. Mais une hausse des taux d’intérêt et des rendements obligataires a pesé sur le métal jaune et la reprise s’est essoufflée.

« Les gens n’achètent pas d’or pour se couvrir contre l’inflation parce qu’ils pensent qu’il n’y a pas d’inflation à couvrir, parce qu’ils croient que la Fed va éteindre le feu avant qu’il ne commence vraiment à brûler. »

« L’essentiel est que nous avons un rapport sur l’emploi très faible. Nous avons une hausse des prix du pétrole. Nous avons des rendements obligataires en hausse, donc les taux d’intérêt augmentent au lieu de baisser pour stimuler une économie faible. L’indice du dollar a baissé. »

Et de conclure : « Un dollar faible avec des prix à la consommation en hausse, des rendements obligataires en hausse et des données économiques faibles – cela signifie la stagflation. Je veux dire, la stagflation est là. »

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20