La Russie a un rouble solide comme un roc, mais ne peut rien faire avec

Les pays européens ont acheté de moins en moins de pétrole russe après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, mais le pays n’en ressent guère les conséquences. Au lieu de cela, la Russie vend le pétrole à des prix fortement réduits à l’Inde et à la Chine, entre autres.

Les importations chinoises de pétrole russe ont augmenté de 28% en mai par rapport à avril. L’Inde, qui jusqu’à récemment n’importait pratiquement pas de pétrole russe, a reçu en moyenne 760.000 barils par jour ce mois-là, selon une analyse de données effectuée par Kpler, spécialiste des études de marché.

Les sanctions financières occidentales, imposées après l’invasion de l’Ukraine fin février, ont rendu beaucoup plus difficile et coûteux d’assurer une cargaison de pétrole pendant son voyage. Les acheteurs chinois et indiens imposent donc à la Russie un rabais important pour couvrir les coûts et les risques. Le pétrole brut russe se vend environ 30 dollars (28,50 euros) de moins par baril qu’un baril de Brent, comme on appelle le pétrole de la mer du Nord, et qui fait office de référence sur le marché.

Entre mars et mai, le nombre de barils de brut expédiés de Russie vers l’Europe a diminué de quelque 554.000 par jour, alors que les sanctions européennes sur le pétrole russe ne sont entrées en vigueur que début juin.

Origine introuvable

Les raffineries de l’Inde et de la Chine ont en fait absorbé 503.000 barils supplémentaires par jour au cours de la période, ce qui a limité la perte pour la Russie. Si l’économie chinoise se remet de la pandémie de coronavirus, un million de barils supplémentaires pourrait être ajouté chaque jour, estiment les experts de la banque d’investissement JP Morgan.

Une fois que les raffineurs asiatiques ont transformé le pétrole brut en diesel, par exemple, l’origine de la matière première ne peut plus être retracée. Cela signifie qu’ils peuvent en profiter deux fois, écrit le New York Times. D’une part, grâce au pétrole moins cher, d’autre part, grâce à la possibilité d’exporter la version transformée vers, par exemple, l’Europe.

En raison des exportations vers l’Asie, le chiffre d’affaires de la Russie provenant du pétrole a augmenté de 1,7 milliard de dollars (1,6 milliard d’euros) en mai par rapport à avril. Et c’est ce qui fait que la monnaie russe, le rouble, est actuellement la monnaie la plus performante du monde.

Une monnaie forte, mais inutile pour la Russie

Après l’invasion de l’Ukraine, le taux de change du rouble s’est effondré. À son point le plus bas, 1 dollar américain coûtait plus de 140 roubles. Entre-temps, la monnaie s’est redressée et le taux de change est à nouveau similaire à celui de 2015 : 53 roubles pour un dollar.

Bien que les Russes n’en profitent pas vraiment, affirme Durk Veenstra, commentateur boursier à RTL Z. « Tout cela est artificiel. Oui, on peut dire que le taux élevé est le résultat du bon comportement du président de la banque centrale russe. Mais les entreprises occidentales partent, les exportations vers la Russie ont cessé, il y a des sanctions. Ils ont assez d’argent, mais ils ne peuvent pas le dépenser. »

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20