La révolution financière qui menace de tout changer mais qui reste totalement invisible

Au moins 90 banques centrales expérimentent les pièces numériques de banque centrale, ou CBDC. Cette forme électronique d’argent fiduciaire aura un impact énorme sur nos vies, à tous.

Les CBDC ne sont plus un fantasme ou une étrange crypto-expérience. Dans un monde de 195 nations, au moins 100 pays développent actuellement une version numérique des pièces des banques centrales. Cela inclut l’ensemble de l’Union européenne, qui représente à elle seule 19 zones économiques de nations. Le développement de l’euro numérique s’est accéléré récemment après qu’une équipe de 30 experts ait été ajoutée au projet en octobre. En outre, tous les pays du G20 sont désormais impliqués dans leur propre projet de CBDC. Ces pays représentent au moins 90 % du PIB mondial.

De plus, l’émergence des CBDC se fait à un rythme effréné. Au cours des deux dernières années, trois d’entre elles ont déjà été mises en service : DCash dans les Caraïbes orientales, le Sand Dollar des Bahamas et l’eNaira du Nigeria. Une quatrième CBDC possible qui est presque prête à être utilisée est l’e-CNY, ou yuan numérique. Il s’agit de la CBDC que la Banque populaire de Chine est en train de bricoler fébrilement et avec laquelle elle a déjà mené plusieurs projets de test à grande échelle, comme des essais de paiements internationaux.

Derrière le déploiement des CBDC se cachent de puissants partisans. Le Fonds monétaire international (FMI), par exemple, est heureux de prêter son expertise aux pays qui souhaitent lancer une CBDC. Parallèlement, la même organisation internationale souhaite que des pays comme le Salvador, qui utilisent la cryptomonnaie Bitcoin au lieu d’une CBDC, abandonnent leur propre expérience cryptographique et reviennent à l’utilisation de la monnaie fiduciaire.

BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, qui gère au moins 10.000 milliards de dollars d’actifs, aide également les banques centrales telles que la BCE et la Fed américaine à mettre en place des CBDC. Dans sa dernière lettre aux actionnaires, le PDG de BlackRock, Larry Fink, affirme que le conflit en Ukraine sera un catalyseur mondial pour l’utilisation des monnaies numériques.

Mais à quoi ressemblent réellement ces CBDC et comment vont-elles changer nos vies ?

Le monstre de Frankenstein : de nature cryptographique, mais entièrement centralisé

Les CBDC sont susceptibles de travailler avec une blockchain. Cependant, dans une blockchain traditionnelle, comme celle du bitcoin, il y a plusieurs nœuds qui travaillent ensemble pour gérer et protéger le réseau en validant puis en vérifiant ensemble les transactions. Aucune transaction ne peut être falsifiée car plusieurs acteurs indépendants participent à ce processus. Par conséquent, les crypto-monnaies sont décentralisées. Dans une blockchain pour les CBDC, cependant, il n’y a qu’un seul nœud : la banque centrale elle-même.

Les conséquences de cette situation pour l’économie et les utilisateurs quotidiens des CBDC sont énormes. Le blogueur et analyste NS Lyons explique parfaitement les implications de cette centralisation de la finance dans son article « Just Say No to CBDCs » :

« Vous pouvez penser que vous utilisez déjà régulièrement la « monnaie numérique » si vous n’utilisez plus que rarement de l’argent physique et que vous achetez presque tout avec une carte de crédit ou une application de paiement numérique. En réalité, le processus de transfert d’argent de A à B est beaucoup plus compliqué que cela. Il implique un dédale de processeurs de paiement, de banques, de chambres de compensation financière et, si votre argent traverse les frontières, de systèmes de communication et d’échange internationaux, tels que la Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication (SWIFT). […] Un système CBDC simplifierait radicalement cette situation. Un client ouvre un compte directement auprès de la banque centrale d’un pays, et la banque centrale émet (ou plutôt : crée) de la monnaie numérique sur ce compte. De manière cruciale, cela fait de la monnaie une obligation directe de la banque centrale, plutôt que d’une banque privée », affirme Lyons.

Ce système rendra obsolètes des systèmes compliqués comme SWIFT, une évolution à laquelle la Russie et la Chine travaillent fébrilement depuis l’invasion de l’Ukraine. Les monnaies seront instantanément échangeables entre banques centrales amies. Les promesses et la confiance ne seront plus nécessaires, estime M. Lyons. Les transactions deviendront permanentes et seront enregistrées en temps réel dans un grand livre numérique cryptographique. « Un peu comme le bitcoin, mais complètement centralisé », conclut Lyons.

Comment les CBDC vont changer nos vies

Cette nouvelle forme d’argent va changer complètement la société de plusieurs façons.

Tout d’abord, les banques centrales obtiendront un contrôle total sur nos habitudes de paiement. Avec une CBDC, les tiers seront complètement éliminés. Les banques et les sociétés de crédit ne seront plus nécessaires. Les grandes banques d’investissement qui ont contribué à jeter les bases du système CBDC pourraient être en mesure de jouer un nouveau rôle dans cet écosystème, estime M. Lyons.

Les banques centrales pourront, en effet, « programmer » nos dépenses. Avec un contrôle total sur la monnaie, les banques centrales pourront déduire les dépenses et les impôts des comptes des particuliers en temps réel. Cela peut avoir des avantages sociaux. Par exemple, l’évasion fiscale ne sera tout simplement plus possible et le blanchiment d’argent ou le financement du terrorisme deviendront extrêmement difficiles et compliqués. Mais selon Lyons, les conséquences pourraient également être beaucoup plus dystopiques. Si le système CBDC est relié au système de police des futures « villes intelligentes », les gouvernements pourraient choisir de retirer des comptes les amendes pour les délits mineurs en temps réel. En tout état de cause, les rouages financiers des gouvernements ne seront jamais aussi rationalisés.

Selon le Financial Times, l’utilisation des CBDC s’accompagnera donc également de l’émission de passeports numériques. « Les expériences menées avec les CBDC semblent indiquer qu’il sera pratiquement impossible d’émettre de telles pièces en dehors d’un système national complet de passeport numérique. Les CBDC sont susceptibles d’être liées à des comptes personnels contenant des données personnelles, des antécédents de crédit et d’autres formes d’informations pertinentes », affirme le journal économique.

« La plus grande expansion du pouvoir totalitaire de l’histoire »

L’argent liquide disparaîtra complètement ou sera peut-être même rendu illégal. Outre un contrôle total sur le comportement de paiement des gens, les banques centrales auront également la possibilité de manipuler encore davantage les taux d’intérêt. S’il n’y a pas d’argent liquide, les gens ne peuvent pas échapper aux taux d’intérêt négatifs, aussi négatifs soient-ils, affirme Kenneth Rogoff, économiste à Harvard, comme avantage d’une société sans argent liquide. À l’heure actuelle, les banques centrales affirment que l’argent liquide ne disparaîtra pas lorsque les CBDC seront pleinement opérationnelles.

Le fossé entre les riches et les pauvres risque de se creuser. En effet, l’un des principaux avantages de l’argent liquide est son universalité. Il s’agit d’un bien public essentiel pour les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables de la société. Toutefois, les membres les plus riches de notre société seront mieux placés que les autres pour profiter des nouvelles possibilités d’investissement offertes par le système CBDC. Les personnes plus pauvres et moins informées seront laissées de côté, estime l’économiste indien-américain Eswar Prasadm.

Enfin, les CBDC donneront aux gouvernements le pouvoir d’exclure complètement du système financier les personnes ayant des idées ou des idéologies indésirables. « Si les CBDC ne sont pas délibérément et soigneusement encadrées par la loi, elles ont le potentiel de devenir plus que le rêve de tout planificateur central technocratique. Ils pourraient représenter la plus grande expansion du pouvoir totalitaire de l’histoire », conclut Lyons.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20