La Première ministre et le groupe d’experts vont ‘repenser’ les bulles sociales

Sophie Wilmès. – Isopix

Ce lundi, tant sur la RTBF que sur LN 24, Sophie Wilmès est revenue sur le concept de bulle sociale, égratigné par certains experts. La Première ministre reconnait volontiers qu’il s’agit d’une mesure ‘pas facile à vivre’ qui doit avant tout être ‘une indication’ pour ne pas franchir une certaine limite. Alors qu’un nouveau CNS est en approche, le groupe d’experts du Celeval a été chargé de repenser la chose.

Lors du dernier Conseil national de sécurité, un premier indice d’un changement de stratégie a été dévoilé. Sophie Wilmès chargeait le groupe d’experts de mettre en place des mesures ‘pour vivre avec les risques du virus’ sur le long terme. Notre vie sociale et professionnelle ne pouvant être bloquée indéfiniment, le but est d’assouplir certaines mesures, tout en restant vigilant face au virus.

Les experts doivent proposer ‘d’ici la fin du mois de septembre’ de nouvelles mesures plus en adéquation avec la dangerosité du virus. Rappelons qu’à ce stade, tous les indicateurs sont en baisse malgré le retour des vacances, la rentrée devant, elle, encore produire ses effets.

Pour le moment, nous devons respecter deux bulles sociales. Une bulle sociale stricte de contact rapproché de 5 personnes par semaine (sans distance sociale et protection) et une bulle sociale de 10 personnes (avec mesures barrières). Cette 2e possibilité offre ‘une multitude d’activités à faire’, argumentait la Première ministre sur LN24 ce lundi.

Bulle de 4 ou de 8 personnes

Concernant les contacts rapprochés, on pourrait passer selon les premières indications mentionnées par le virologue Steven Van Gucht à une bulle allant de 4 à 8 personnes. 4 si l’épidémie reprend de plus belle en Belgique et 8 dans le cas contraire. Aucune indication par contre n’a encore filtré quant à un éventuel point de basculement, selon des critères bien définis (le nombre d’hospitalisations ? Le nombre de décès ? Le nombre de cas ? Les trois à la fois ?).

Un nouveau groupe d’experts sera mis en place pour étudier ces questions, et sera officiellement présenté ce vendredi, rapporte Het Laatste Nieuws. Le prochain Conseil national de sécurité aura lui lieu fin septembre.