« La pire récolte de l’histoire » : La Chine met en garde contre le risque de catastrophe alimentaire mondiale et de famines

La Chine se prépare à une catastrophe mondiale et à une famine généralisée en raison de la guerre en Ukraine.

En 2020, Michael Every, chercheur à la Rabobank, s’est demandé pourquoi la Chine a commencé à thésauriser toutes sortes de matières premières et de denrées alimentaires à partir de cette époque. Quel genre de perturbation imminente inciterait la deuxième économie mondiale à constituer fébrilement des stocks de tous les matériaux imaginables ?

À la fin de 2021, la Chine avait tranquillement réussi à stocker la moitié de son maïs et d’autres céréales, ce qui a entraîné une inflation massive des prix alimentaires cette même année. Un cinquième de la population de la planète a, en effet, réussi à contrôler la part du lion de l’approvisionnement alimentaire mondial.

Le ministère américain de l’Agriculture a même prédit qu’à la fin de 2021, la Chine possèderait au moins 69 % du maïs disponible dans le monde, 60 % du riz et 51 % du blé.

Nous comprenons enfin pourquoi la Chine a fait tous ces efforts. Pékin s’attend à ce que le monde soit bientôt frappé par une catastrophe sans précédent qui pulvérisera la chaîne d’approvisionnement alimentaire et provoquera une famine généralisée.

Le grenier du monde en difficulté

Les chaînes d’approvisionnement alimentaire mondiales ont été durement touchées depuis la pandémie de coronavirus. Les conditions météorologiques défavorables et les vagues successives du virus ont pesé lourdement sur la production. Cette année, la chaîne d’approvisionnement a subi un nouveau coup dur : l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Le conflit dans ce pays connu comme le grenier du monde menace de pousser les prix des denrées alimentaires encore plus haut.

Un grand nombre de pays, dont une série de pays africains, dépendent de la production alimentaire de l’Ukraine et de la Russie. Le président français Emmanuel Macron a prévenu ce mois-ci que si les agriculteurs ukrainiens ne peuvent pas récolter cette année, des scénarios catastrophiques pourraient se dérouler en Europe et en Afrique.

En effet, avant l’invasion, l’Ukraine était le deuxième plus grand fournisseur de céréales de l’UE et l’un des plus grands exportateurs de cette denrée vers l’Asie et l’Afrique. L’Ukraine produirait au moins 49,6 % de l’huile de tournesol, 10 % du blé, 12,6 % de l’orge et 15,3 % du maïs dans le monde. La récolte de cette année devrait être gravement endommagée par la guerre.

Le protectionnisme alimentaire de Xi Jinping

Mais les problèmes ne s’arrêtent pas là. Bloomberg rapporte cette semaine que la Chine est aussi confrontée à des récoltes exceptionnellement mauvaises.

Tang Renjian, le ministre chinois de l’Agriculture, a déclaré lors d’une conférence gouvernementale à Pékin que les inondations désastreuses de l’année dernière avaient réduit la production alimentaire de la Chine. Le pays a enregistré un nombre record d’inondations en 2021, qui ont notamment menacé de paralyser l’industrie du charbon et l’approvisionnement énergétique du pays.

Ce que nous ne savions pas, c’est qu’après les catastrophes naturelles, l’agriculture chinoise a du mal à maintenir sa production. « La Chine connaît de gros problèmes de production alimentaire à la suite des inondations inhabituelles de l’automne. Les experts agricoles nous disent que la récolte de cette année pourrait être la pire de l’histoire », affirme M. Renjian.

La raison du protectionnisme alimentaire et du comportement de thésaurisation de la Chine est donc évidente. Le président Xi Jinping a pris la sage décision de stocker massivement de la nourriture pendant que la pandémie perturbait les chaînes d’approvisionnement mondiales. L’éventuelle connaissance préalable de l’invasion russe en Ukraine et les catastrophes naturelles n’ont fait que légitimer davantage cette stratégie. Pendant ce temps, les prix des denrées alimentaires continuent d’augmenter impitoyablement.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20