La pandémie la plus dévastatrice qui ait jamais frappé l’Europe n’a pas été aussi catastrophique que ce qu’on a longtemps cru

Dans l’imaginaire populaire, la peste noire est la pandémie la plus dévastatrice qui ait jamais frappé l’Europe. On pense qu’entre 1346 et 1353, la peste a atteint presque tous les coins du continent, tuant entre 30 et 50% de la population (entre 75 et 200 millions de personnes). Mais une nouvelle étude montre que le bilan de cette pandémie n’a pas été aussi catastrophique que nous le croyions.

Pourquoi est-ce important ?

Bien qu'il n'y ait pas deux pandémies identiques, l'étude du passé peut nous aider à découvrir où chercher nos propres vulnérabilités et comment nous préparer au mieux aux futures épidémies. Pour ce faire, nous devons réévaluer les épidémies passées avec toutes les preuves disponibles.

Ce que nous savons de la peste noire est basé sur des textes et des documents écrits par des fonctionnaires de l’État ou de l’Église et d’autres témoins lettrés. Mais, comme pour toutes les sources médiévales, la couverture géographique de cette documentation est inégale. Si certains pays, comme l’Italie ou l’Angleterre, peuvent être étudiés en détail, il n’existe que de vagues preuves pour d’autres, comme la Pologne. Il n’est pas surprenant que les chercheurs se soient efforcés de corriger ce déséquilibre et de découvrir différentes façons de déterminer l’ampleur de la mortalité due à la peste noire.

Dans cette nouvelle étude, les scientifiques ont utilisé 1.634 échantillons de pollen fossile provenant de 261 lacs et zones humides de 19 pays européens. Cette énorme quantité de matériel leur a permis de comparer l’impact démographique de la peste noire sur tout le continent. Comme les grains de pollen sont faits de polymère durable et que leur forme diffère selon les plantes, ils peuvent être comptés et identifiés dans tout échantillon de sédiment. Ces grains nous permettent de reconstituer le paysage local et ses changements au fil du temps. Ils éclairent l’utilisation des terres par l’homme et l’histoire de l’agriculture.

En Pologne, dans les États baltes et dans le centre de l’Espagne, la population a même augmenté de manière significative

Les chercheurs ont constaté qu’il y a effectivement des régions d’Europe où le paysage humain s’est considérablement réduit après l’apparition de la peste noire. Ce fut le cas, par exemple, dans le sud de la Suède, en Italie centrale et en Grèce. Dans d’autres régions, en revanche, comme la Catalogne ou la République tchèque, on n’a pas constaté de diminution notable de la pression humaine sur le paysage. Dans d’autres pays, comme la Pologne, les États baltes et le centre de l’Espagne, la culture à forte intensité de main-d’œuvre a même augmenté, car la colonisation et l’expansion de l’agriculture se sont poursuivies sans interruption à la fin du Moyen Âge. Cela signifie que la mortalité de la peste noire n’a été ni universelle ni universellement catastrophique.

Cette carte montre les zones où la population a diminué, mais aussi celles où elle a augmenté à l’époque de la peste noire.

Cette nouvelle histoire d’une peste noire variable d’une région à l’autre correspond bien à ce que nous savons sur la façon dont la peste peut se propager chez les humains, et comment elle peut circuler chez les rongeurs urbains et sauvages et leurs puces. Le fait que toutes les régions européennes n’aient pas été touchées de la même manière par la peste ne doit pas nous surprendre. Bien que les recherches se poursuivent sur l’origine des épidémies de peste provenant de réservoirs de rongeurs sauvages et sur la manière dont elles se propagent vers et au sein des populations humaines, nous savons que dans les sociétés humaines, la peste peut se propager de différentes manières.

Les humains contractent généralement la maladie par des piqûres de puces, mais une fois la propagation réussie, de multiples modes de transmission peuvent jouer un rôle. Ainsi, le comportement humain, ainsi que les conditions de vie, le mode de vie et l’environnement local, influenceront la capacité de la peste à se propager.

Ce que nous apprend l’étonnante variabilité régionale

Bien que la transmission de la peste lors de l’épidémie de peste noire n’ait pas encore été élucidée, les historiens ont eu tendance à se concentrer sur les rats et leurs puces depuis le début du XXe siècle, et à s’attendre à ce que la peste se soit comportée de manière très similaire dans de nombreux endroits lors de la peste noire. Mais comme les scientifiques ont reconsidéré la carte et la chronologie de la pandémie, nous devons également reconsidérer la façon dont elle s’est propagée. Les conditions locales auraient influencé la propagation de la peste dans une région et donc la mortalité et l’effet sur le paysage.

Le mode de vie des gens – 75 à 90% des Européens vivaient dans des zones rurales – ou l’ampleur, la distance et les moyens de leurs déplacements ont pu influencer le cours de la pandémie. Les modèles de commerce des céréales, qui auraient aidé les rats à se déplacer, pourraient être un autre facteur important, tout comme le temps et le climat au moment où la peste a commencé. La santé des victimes, la nutrition et le régime alimentaire, y compris la disponibilité pure et simple de la nourriture et la façon dont elle est distribuée, sont d’autres variables.

La découverte d’une variabilité régionale stupéfiante dans la peste noire montre déjà qu’il faut se méfier des généralisations hâtives sur la propagation et l’impact de la plus célèbre pandémie de l’histoire.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20