La nature ne fait plus le poids face aux constructions humaines, littéralement

Pour la première fois dans l’histoire du monde, le poids total de l’ensemble des constructions humaines a dépassé celui de toute la biomasse, c’est-à-dire l’ensemble de la matière organique végétale ou animale présente sur Terre, affirme une étude publiée cette semaine dans la revue Nature.

La masse totale des produits fabriqués par l’Homme (routes, bâtiments, produits manufacturés…) atteindrait désormais les quelque 1.100 milliards de tonnes, c’est-à-dire 100 milliards de tonnes de plus que l’ensemble de la biomasse vivante sur Terre (arbres, plantes, êtres vivants…).

Les bâtiments et les routes représentent la majeure partie de la masse produite par l’Homme. Et certaines tendances récentes, comme l’émergence de l’utilisation du béton dans la construction au milieu du siècle passé, a contribué à une accélération du phénomène.

Trajectoires opposées

Cette première mondiale symbolique a été atteinte cette année à cause de la conjugaison de deux trajectoires opposées. D’une part, la masse des infrastructures humaines a augmenté de manière exponentielle ces dernières décennies, si bien qu’elle double désormais environ tous les 20 ans. Chaque année, c’est l’équivalent de huit villes de la taille de New York qui sortent de terre.

Et d’autre part, la biomasse s’est dramatiquement réduite. Depuis la révolution agricole, elle aurait été divisée par deux. Rien que sur les 30 dernières années, ce ne sont pas moins de 1,7 million de kilomètres carrés de forêts qui ont disparu, selon les chiffres de la FAO, plus de 55 fois la surface de la Belgique.

Responsabilité

‘Cette étude fournit une sorte de vue d’ensemble de la planète en 2020’, a déclaré à l’AFP le co-auteur de l’étude, Ron Milo, du département des sciences végétales et environnementales de l’Institut Weizmann des Sciences, en Israël. ‘Nous espérons que maintenant que nous avons ces chiffres quelque peu choquants sous les yeux, nous pourrons, en tant qu’espèce, prendre nos responsabilités.’

L’auteure principale, Emily Elhacham, estime de son côté que l’étude donne une indication sur l’impact démesuré de l’humanité sur le monde naturel. ‘Nous ne pouvons plus nier notre rôle central dans le monde naturel’, conclut-elle. ‘Nous sommes déjà un acteur majeur et cela implique une responsabilité partagée.’

Lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés