La France et l’Allemagne s’allient à BlackRock pour des investissements plus verts

EPA-EFE/JUSTIN LANE

La France, l’Allemagne et plusieurs fondations se sont alliées à BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde. Le but: créer un outil d’investissement destiné à orienter les capitaux vers des projets liés au climat dans les pays du Sud, avec un premier objectif de 500 millions de dollars, ont annoncé les partenaires mercredi à Davos.

Ce Climate Finance Partnership (CFP) rassemble BlackRock, l’Agence française de développement (AFD), le ministère allemand de l’Environnement et les fondations Hewlett et Grantham. Un « partenariat unique qui mêle des capitaux philanthropiques, publics et privés afin de combattre le risque climatique », indique un communiqué.

Emmanuel Macron aux côtés de Larry Fink, CEO de BalckRock, en juillet dernier. EPA-EFE/Michel Euler / POOL MAXPPP OUT

« Ce partenariat ambitieux contribuera à réorienter les flux de capitaux vers des investissements de développement durable dans les pays émergents, et ciblera en priorité l’Afrique » pour au moins 25%, a expliqué le directeur général de l’AFD Rémy Rioux, cité dans le texte.

« Les défis liés au changement climatique exigent de mener des actions collectives d’envergure. Le groupe AFD est donc fier de s’associer, à travers sa filiale dédiée au secteur privé Proparco, à BlackRock, pour accélérer la mobilisation de fonds privés en faveur du climat », a-t-il ajouté.

Un capital de départ, fixé à 100 millions de dollars, sera fourni notamment par la France, via l’AFD et par l’Allemagne (à hauteur de 30 millions chacune), et jouera le rôle de catalyseur, pour aboutir à un premier objectif de 500 millions de dollars. Le calendrier n’a pas été précisé.

Le controversé BlackRock

BlackRock, premier gestionnaire d’actifs mondial, a récemment affiché son envie d’investir dans des projets plus durables. Mais pour beaucoup, il s’agit en fait d’une opération ‘greenwashing’ en bonne et due forme de la part du géant américain. Et surtout un moyen de redorer son image et d’améliorer son rendement.

En France, les critiques virent à l’anti-capitalisme voire à l’antiaméricanisme primaire, commentait Les Echos présent à Davos. Ce qui est vrai c’est que quand 1.000 milliards de ses actifs sont placés dans des secteurs durables, les 6.000 autres milliards ne le sont pas. BlackRock, plus que de la communication, devra prouver son tournant. Cet accord avec la France et l’Allemagne en prend peut-être le chemin.