La fonte d’un glacier en Chine fait apparaître des virus inconnus vieux de 15.000 ans

Des scientifiques ont découvert que d’anciens virus ont survécu pendant près de 15.000 ans dans la glace du plateau tibétain, en Chine. Cette découverte pourrait les aider à mieux comprendre l’évolution des virus. « Après tout, nous savons très peu de choses sur les virus et les microbes dans ces environnements extrêmes. »

Selon les auteurs de l’étude, la plupart des virus trouvés dans les deux échantillons étaient différents de ceux qui ont été catalogués jusqu’à présent. Pour cette recherche, les scientifiques ont également mis au point une nouvelle méthode « ultra-propre » pour analyser les microbes et les virus dans la glace sans salir les échantillons.

« Ces glaciers se sont formés progressivement, et avec la poussière et les gaz, beaucoup de virus se sont déposés dans cette glace », explique Zhi-Ping Zhong (Ohio State University), auteur principal de l’étude, qui vient d’être publiée dans la revue Microbiome. « Les glaciers de la Chine occidentale ne sont pas bien étudiés et notre objectif est d’utiliser ces informations pour représenter les environnements passés. Et les virus font partie de ces environnements. »

Les chercheurs ont analysé des carottes de glace prélevées en 2015 au sommet de la calotte glaciaire de Guliya, qui culmine à quelque 6.700 mètres au-dessus du niveau de la mer. Elles contiennent des couches de glace qui se sont accumulées année après année. Cela forme une sorte de ligne du temps pour les scientifiques qui veulent en savoir plus sur le changement climatique, les microbes, les virus et les gaz à travers les âges.

28 virus inconnus

En analysant la glace, les chercheurs ont trouvé pas moins de 33 virus, dont quatre avaient déjà été identifiés. Au moins 28 des virus découverts sont par contre totalement inconnus. Les auteurs de l’étude suggèrent qu’environ la moitié d’entre eux ont survécu grâce à la glace. Les résultats ont également montré que les virus provenaient probablement du sol ou des plantes, et non des animaux ou des humains.

« Ce sont des virus qui se développent dans des environnements extrêmes », a déclaré le co-auteur Matthew Sullivan (Ohio State University), professeur de microbiologie. « Ces virus ont des signatures génétiques qui les aident à infecter les cellules dans des environnements froids. Ce sont des signatures vraiment surréalistes de la façon dont un virus est capable de survivre dans des conditions extrêmes. »

Changement climatique

La recherche sur les virus dans les glaciers en est encore à ses débuts. Seules deux études antérieures en ont identifiés dans la glace d’anciens glaciers. Selon les auteurs, il s’agit d’un domaine de recherche qui ne fera que gagner en importance à mesure que le climat changera.

« Nous savons très peu de choses sur les virus et les microbes dans ces environnements extrêmes, et sur ce qui s’y trouve réellement », a déclaré le professeur Lonnie Thompson (Ohio State University), l’un des chercheurs. « Il est extrêmement important de documenter et de comprendre ce phénomène: comment les bactéries et les virus réagissent-ils au changement climatique ? Que se passe-t-il lorsque nous passons d’une période glaciaire à une période interglaciaire, comme celle que nous connaissons actuellement ? »

Sur le même sujet:

Plus
Lire plus...
Marchés