La fin du confinement le 11 mai? Pas pour 18 millions de Français

EPA

Le confinement obligatoire a été prolongé jusqu’au 11 mai par le président français Emmanuel Macron. Cette date devrait donc marquer le début du déconfinement pour nos voisins, mais certainement pas pour environ 18 millions d’entre eux.

Les personnes considérées comme fragiles, et donc ‘à risque’, vont en effet devoir rester confinées plus longtemps que les autres, et ce pour une durée encore indéterminée à l’heure actuelle. Mercredi, le président du conseil scientifique en France, Jean-François Delfraissy, a en effet prévenu que cela devrait concerner environ 18 millions de personnes.

Qui sont ces personnes qui risquent le plus de développer une forme grave de coronavirus? ‘Les personnes d’un certain âge, au-dessus de 65 ou de 70 ans’, celles atteintes d’une maladie de longue durée, ‘les sujets jeunes ayant une pathologie, mais aussi obèses’, a notamment détaillé Jean-François Delfraissy devant une commission du Sénat français, et dont les propos ont été repris par Les Echos ce jeudi. ‘Tout ça, ça fait 18 millions de personnes.’

‘Prérequis majeurs’

Le président du conseil scientifique, organe qui conseille le gouvernement français dans la lutte contre le covid-19, ne sait pas combien de temps ces personnes devront rester confinées, mais il ne s’est guère montré optimiste. ‘En attendant qu’on trouve peut-être un médicament préventif’, a-t-il avancé.

Mais, tout comme en Belgique, la date du déconfinement en France n’est pas inscrite dans le marbre. Elle reste sujette à l’évolution de plusieurs facteurs: tests de dépistage disponibles, système de traçage efficace, etc. Bref, des ‘prérequis majeurs techniques et opérationnels’, comme les appelle Jean-François Delfraissy, ‘pour dépister, isoler, trouver les contacts’.

Ces outils devront pouvoir faire face aux 10.000 à 15.000 contaminations quotidiennes que le président du conseil scientifique s’attend à rencontrer en France à partir du courant du mois de mai.