La deuxième plus grande banque d’Allemagne demande une licence pour proposer des services en crypto

L’institution financière allemande Commerzbank a demandé une licence pour offrir des services liés aux monnaies numériques au début de cette année. C’est ce qu’a rapporté un porte-parole de la banque dans le journal local Börsen-Zeitung. Elle devient ainsi la première grande banque allemande à s’orienter vers l’adoption des cryptomonnaies.

Pourquoi est-ce important ?

Le fait que l'une des banques qui fait tourner le moteur économique de l'UE envisage d'adopter les monnaies virtuelles est une grande nouvelle pour les partisans de la crypto.

Un porte-parole de la Commerzbank a confirmé au Börsen-Zeitung la semaine dernière que l’établissement a « demandé une licence de cryptomonnaie au premier trimestre 2022. » Si celle-ci est approuvée, l’institution bancaire sera autorisée à offrir des services d’échange, ainsi que de garde et de protection des actifs cryptographiques, selon les sites d’information sur les cryptomonnaies Cointelegraph et CoinDesk.

Commerzbank est un titan du secteur bancaire, qui sert plus de 18 millions de clients et emploie plus de 51.000 personnes. L’agence de crédits est la deuxième plus grande banque cotée en bourse en Allemagne. Et la Commerzbank est également partiellement détenue par l’État : elle fait totalement partie de l’establishment.

L’offre de cryptomonnaie serait destinée à sa clientèle institutionnelle.

Pas d’opposants enragés à la crypto

Nos voisins de l’Est ne sont pas exactement des adversaires enragés des cryptomonnaies. Par exemple, depuis le 1er janvier 2020, une loi est en vigueur en Allemagne pour encourager les banques à proposer des services liés aux jetons non-fongiques. La loi impose à toute entreprise souhaitant proposer de tels services de demander une licence à la BaFin, l’autorité fédérale allemande de régulation financière. La BaFin a jusqu’à présent reçu 25 demandes d’agrément en tant que dépositaire de cryptomonnaies, mais n’a délivré que quatre licences.

En outre, depuis le 2 août de l’année dernière, les fonds institutionnels allemands sont autorisés à détenir jusqu’à 20 % de leurs actifs en cryptomonnaies, ouvrant la voie à une acceptation plus large du bitcoin et d’autres cryptomonnaies par les fonds de pension du pays.

La loi modifie les règles d’investissement fixes pour les Spezialfonds (fonds « spéciaux », vous l’aurez deviné), qui ne sont accessibles qu’aux investisseurs institutionnels des fonds de pension et des assureurs. Les Spezialfonds gèrent actuellement environ 2.100 milliards de dollars, ou 1.800 milliards d’euros, d’actifs.

Les investisseurs allemands sont également enthousiastes à l’idée d’adopter la crypto. Un rapport de KuCoin en mars a montré que 44 % des Allemands sont intéressés par les investissements en cryptomonnaies, et que 37 % des investisseurs allemands en cryptomonnaies détiennent des cryptomonnaies dans leurs portefeuilles depuis plus d’un an.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20