Les marchés:
Markten inladen...

MARDI 07 AVR

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

La crise du coronavirus exacerbe les tensions entre les frontaliers belges et les Pays-Bas

Logo Business AM
Crise du coronavirus

25/03/2020 | Sonia Romero | 6 min de lecture

La frontière entre les Pays-Bas et la Belgique a été fermée avec des conteneurs dans le village de Chaam, aux Pays-Bas, dans le cadre de l'urgence de l'épidémie de Covid-19, le 21 mars. (Robin Utrecht/ABACAPRESS.COM)

Si les Pays-Bas ont désormais interdit tout rassemblement jusqu’au 1er juin et fermé davantage de magasins, le confinement n’est toujours pas à l’ordre du jour. De quoi rendre furieux les autorités des villes belges frontalières.

Le coronavirus serait-il en train de remuer de (très) vieilles animosités belgo-néerlandaises? C’est que la proximité des Néerlandais voisins non confinés rendrait bien nerveux les habitants des communes limitrophes. Les Pays-Bas tablent toujours sur la stratégie de l’immunité collective, à contre-courant de la Belgique et de nombreux membres européens. Et les contrôles effectués aux postes-frontières du pays pour détecter les déplacements jugés non-essentiels ne rassurent pas les autorités frontalières.

C’est par exemple le cas du bourgmestre de la commune belge de Lanaken, Marino Keulen, par ailleurs ancien ministre flamand de l’Administration intérieure et de l’Urbanisation. ‘Aux Pays-Bas, les magasins sont toujours ouverts et les réunions de 100 personnes sont toujours autorisées, ce sont des lieux de propagation du virus’, a-t-il déclaré à Politico.

La situation est compliquée.
Parfois de manière assez humoristique.

Il a qualifié les contrôles frontaliers mis en place dans notre pays de ‘signal à La Haye’ afin ‘d’intensifier rapidement’ sa réaction et de s’aligner sur les pays voisins. Pendant ce temps, les voitures portant des plaques d’immatriculation néerlandaises (jaunes) sont priées de faire demi-tour et de rentrer chez elles.

Une mesure qui inquiète le bourgmestre de La Roche-en-Ardenne, Guy Gilloteaux. Sa commune est une destination touristique belge populaire, arrêter les visiteurs serait donc synonyme de difficultés économiques. ‘Mais la santé publique est notre priorité’, a-t-il déclaré. ‘Inévitablement, si nous autorisons le retour des touristes maintenant, la probabilité que d’autres personnes souffrent augmente également. En fin de compte, ce n’est pas une mesure de dégoût envers les autres, c’est un geste d’amour.’

‘Le gouvernement néerlandais est incompétent’

Du côté de Knokke-Heist, on est loin d’être si clément ni sentimental. Le maire Leopold Lippens, qui a choisi de mettre lui-même sa commune en quarantaine bien avant tout le monde, s’en prend de manière virulente aux autorités voisines. ‘Le gouvernement néerlandais est incompétent et ridicule dans sa réponse à la crise du coronavirus. Les Pays-Bas ne font rien, nous devons donc nous protéger. Je n’ai pas besoin des Néerlandais, nous sommes très heureux sans eux à Knokke-Heist’, a-t-il ajouté à l’intention des touristes.

Si le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a bien offert son aide à la Belgique et appelé tous les citoyens à ne pas traverser la frontière, ces belles intentions ne semblent pour beaucoup pas suffisantes face à la gravité de la situation. Les récents chiffres de l’évolution du coronavirus ces 24 dernières heures en Belgique sont sans appel. Le nombre d’hospitalisations a fortement augmenté dans notre pays tandis que 56 nouveaux décès ont été confirmés. La diminution des nouvelles hospitalisations ne se confirme pas pour l’instant, de quoi rendre sans doute les frontaliers davantage nerveux face au ‘laxisme’ des Pays-Bas.

D’autant plus que les citadins néerlandais ne semblent pas très dociles face aux remarques de leur Premier ministre. Nombre d’entre eux se sont rendus le week-end dernier sur les plages et dans les forêts du pays pour profiter du retour des beaux jours. Ce qui a incité les villes côtières néerlandaises à fermer les routes, tandis qu’une organisation de protection de la nature demandait d’arrêter de visiter les réserves. Lundi, Mark Rutte a dénoncé le comportement ‘agaçant’ des citoyens et menacé d’un lockdown complet, bien qu’il espère ne pas en arriver là.

Les Pays-Bas ont jusqu’à présent enregistré 4.749 tests positifs pour le coronavirus, et 213 personnes sont décédées, selon Politico. Près d’un tiers des patients contaminés vivent dans la province du Brabant-Septentrional, à la frontière de la Belgique.

Lire aussi:

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks