La contre-attaque ukrainienne surprend amis comme ennemis, mais Kiev n’a pas encore gagné la guerre

Ces derniers jours, le monde a pu voir l’armée ukrainienne reprendre des milliers de kilomètres carrés de terrain aux Russes. Surtout à l’est, dans la zone autour de la ville de Kharkiv, les choses vont vite. Pourtant, Kiev ne doit pas crier victoire trop tôt : les Russes sont loin d’être complètement vaincus.

La contre-offensive ukrainienne dans l’est du pays se déroule rapidement. Le 6 septembre, les troupes russes ont été surprises par l’avancée soudaine des Ukrainiens : deux jours plus tard, ils se trouvaient à 20 kilomètres derrière la ligne de front russe et ont réussi à reprendre pas moins de 400 kilomètres carrés de territoire national.

Jonction après jonction

Les jours qui ont suivi ont été encore plus rapides : les unités de l’armée ukrainienne ont avancé davantage vers Kupyansk, une importante jonction pour les lignes d’approvisionnement russes vers le front du Donbass. En chemin, les soldats ont libéré de nombreux villages et villes, et le 11 septembre, Kupyansk elle-même est retombée aux mains des Ukrainiens. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils ne progressent davantage.

Le même jour, Izioum a également été conquise : cette ville servait de centre de commandement à partir duquel le front du Donbass était coordonné. Les Russes craignaient qu’après l’avancée rapide des Ukrainiens, les troupes ne soient prises en tenaille : le commandement suprême du Kremlin a ordonné une  » retraite tactique  » derrière la rivière Oskil, alors que tout le monde voit bien que les Russes ont simplement fui en masse la contre-offensive.

Au total, l’Ukraine a déjà réussi à reconquérir plus de 3.000 kilomètres carrés. Mais cela ne s’arrête pas là : l’armée progresse également de l’autre côté de l’Oskil, et parvient à conquérir la ville de Svatovo. Désormais, les positions russes près de Lisichansk et de Severodonetsk, la dernière ville de l’oblast de Luhansk que la Russie a réussi à conquérir à la fin du mois de juin, sont également en vue.

Pour résumer, la ligne de défense russe à l’est a pris un sale coup. La Russie elle-même rejette la faute sur les États sécessionnistes, les républiques populaires de Donetsk et de Luhansk, dont les miliciens soldats mal entraînés et démoralisés sont accusés de déposer les armes et de fuir.

Cependant, cela ne semble pas être le cas : les soldats russes, et même les troupes d’élite telles que la 4e division de chars, semblent également fuir. Dans leur précipitation, ils laissent simplement derrière eux des chars, des véhicules blindés et des dépôts entiers de munitions, prêts à être utilisés par l’Ukraine.

Ukrainiens réactifs contre Russes laxistes

La guerre éclair ukrainienne dans l’est est suivie par les analystes militaires du monde entier. Mike Ryan, ancien général de division de l’armée australienne et désormais analyste au Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS), suit également la contre-attaque et présente quelques observations sur Twitter.

« Gagner peut devenir une habitude, surtout si vous vous battez intelligemment et bien. Nous l’avons vu en Ukraine pendant ce conflit, mais surtout dans cette campagne dans le nord-est. De l’autre côté, pendant sept mois, nous avons vu un leadership médiocre, l’absence d’un objectif clair et des lacunes dans les fondamentaux de la guerre telles qu’une bonne logistique, la combinaison des différentes armes, et la coopération entre les forces terrestres et aériennes. »

« Si vous couplez cela avec la pression constante des Ukrainiens, qui surprennent et créent un tempo que les Russes ne peuvent pas suivre, la guerre psychologique finira par briser mentalement les soldats et officiers ennemis. La conséquence est une cascade d’échecs, où chaque perte ou retrait entraînera encore plus de problèmes. Le retrait actuel est un moment important et une bévue historique pour l’armée russe », écrit M. Ryan.

En attente de la contre-attaque

Néanmoins, ce vétéran qui a notamment servi en Afghanistan met en garde l’Ukraine contre un cri de victoire trop rapide. « Les Russes ont toujours la capacité de riposter. Le sud et l’est sont toujours occupés. Les Ukrainiens ont gagné une bataille importante, mais pas la guerre.

Mais on entend la même chose à Kiev, chez les hommes qui dirigent le pays. Par exemple, Oleksiy Reznikov, ministre ukrainien de la défense, a indiqué dans le Financial Times qu' »une contre-offensive libère un territoire, mais il faut ensuite le contrôler et se préparer à le défendre ». Le ministre est donc conscient d’une éventuelle contre-attaque russe, et s’assure que ses troupes sont prêtes.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20