La Chine injecte 156 milliards pour soutenir son économie infectée par le coronavirus

(The Yomiuri Shimbun via AP Images)

La banque centrale chinoise a annoncé dimanche qu’elle allait injecter 1.200 milliards de yuans (156 milliards d’euros) afin de soutenir une économie mise à mal par l’épidémie de pneumonie virale.

Cette opération aura lieu lundi lorsque les marchés financiers chinois rouvriront après le long congé du Nouvel an lunaire, prolongé en raison du nouveau coronavirus.

Dans un communiqué, l’institut d’émission explique que l’intervention servira à maintenir « une liquidité raisonnable et abondante » pour le système bancaire ainsi que la stabilité du marché de changes.

La banque avait déjà annoncé samedi une série de mesures en faveur du crédit aux entreprises qui contribuent à lutter contre l’épidémie de coronavirus.

Plus de 300 victimes

L’épidémie, qui a contaminé plus de 14.000 personnes dont plus de 300 mortellement, a entraîné la paralysie de pans entiers de l’économie chinoise, la population terrifiée préférant rester chez elle.

La réouverture lundi des places de Shanghai et Shenzhen pourrait donner lieu à une forte baisse des indices. Ces marchés sont fermés depuis le 24 janvier, au lendemain de la mise de facto en quarantaine de la ville de Wuhan (centre), qui a provoqué une inquiétude mondiale.

Depuis dix jours, les indices mondiaux ont piqué du nez, effrayés par les conséquences possibles de l’épidémie sur l’économie chinoise, la deuxième de la planète. L’apparition du nouveau coronavirus a entraîné la paralysie de pans entiers de l’économie chinoise, la population terrifiée préférant rester chez elle.

Les commerces, particulièrement restaurants et cinémas qui font habituellement le plein pendant les fêtes, sont déserts du nord au sud du pays. Et à l’épicentre du virus, la province très industrialisée du Hubei est coupée du monde, avec ses 56 millions d’habitants.

Le transport aérien et le tourisme sont pratiquement à l’arrêt et plusieurs entreprises ont annoncé qu’elle prolongeaient la suspension de leur activité au-delà du congé du Nouvel an chinois, qui s’achève en principe ce dimanche.

Lire aussi: