La Chine déploie des mesures anti-Covid jusqu’au sommet de l’Everest

La Chine compte installer prochainement une ‘ligne de démarcation’ au sommet du mont Everest. Le but recherché par les autorités est d’éviter les contaminations au Covid-19 sur le toit du monde par des alpinistes venant du Népal voisin.

Des guides de haute montagne vont en effet installer une ligne de démarcation au sommet de la célèbre montagne. D’ici là, les alpinistes ne seront pas autorisés à se lancer à l’assaut du toit du monde par le versant chinois, a rapporté l’agence Chine nouvelle le week-end dernier. Cette annonce a été faite par le chef de l’Association tibétaine d’alpinisme, lors d’une conférence de presse.

‘Les mesures les plus strictes de prévention’

Les autorités chinoises n’ont toutefois pas précisé comment les guides allaient s’y prendre ni quelle forme prendrait cette ligne de démarcation. La distanciation sociale sera-telle de mise sur l’étroit sommet situé à 8.848 mètres d’altitude?

Quoi qu’il en soit, les responsables tibétains ont ajouté que ‘les mesures les plus strictes de prévention épidémique’ seraient prises pour éviter tout contact avec des alpinistes en provenance du versant népalais.

Flambée épidémique au Népal

Foyer de la pandémie de Covid-19 qui frappe le monde depuis plus d’un an, la Chine est officiellement parvenue à garder sous contrôle les infections au coronavirus depuis le printemps de l’année dernière.

Toutefois, le spectre des contaminations venues d’au-delà de ses frontières hante le pays, qui depuis lors applique des contrôles extrêmement strictes à ses frontières. Cette crainte s’invite désormais au sommet de l’Everest, par où passe la démarcation entre l’Empire du Milieu et le Népal, le pays himalayen faisant actuellement face à une forte flambée épidémique.

Plusieurs personnes évacuées pour raisons médicales du camp de base de l’Everest côté népalais étaient porteuses du coronavirus, rapporte l’AFP.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés