La BCE met en garde contre les faillites lorsque les mesures de soutien seront levées

Nous nous remettons lentement de la crise du coronavirus. Mais selon la Banque centrale européenne, une autre période de turbulence nous attend. ‘Les risques pour la stabilité financière sont devenus élevés et plus inégalement répartis’, a déclaré Luis de Guindos, vice-président de la BCE.

La crise du coronavirus a durement frappé de nombreux secteurs. Pour y faire face, les gouvernements du monde entier ont lancé une série de mesures de soutien pour tenter de contenir ses effets. Alors que les campagnes de vaccination battent leur plein dans la plupart des pays européens, certains gouvernements se demandent désormais quand et comment mettre fin à certaines mesures de soutien. Dans notre pays, le gouvernement fédéral a prolongé plusieurs mesures jusqu’au 30 septembre. ‘C’est normalement la dernière fois que les mesures sont prolongées de cette manière’, a déclaré mardi le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD).

Tous les secteurs ne sont pas touchés de manière égale

La BCE note que la pandémie de covid-19 a eu un impact plus important sur certains secteurs que sur d’autres. Le régulateur fait spécifiquement référence au lourd impact sur le tourisme et le secteur horeca. Dans sa dernière évaluation de la stabilité financière, la BCE prévient que ce choc inégal concentre les risques dans des pays et des parties très spécifiques de l’économie de la zone euro.

‘Alors que la zone euro sort de la troisième vague de la pandémie, les risques pour la stabilité financière restent élevés et sont répartis de manière plus inégale’, a déclaré Luis de Guindos ce mercredi. La Banque centrale s’inquiète principalement de l’augmentation des niveaux d’endettement des entreprises dans les pays dont le secteur des services est plus important, car cela pourrait accroître la pression sur les gouvernements et les prêteurs de ces pays.

Mesures de soutien ciblées

Le régulateur demande donc que les mesures de soutien ne soient pas simplement débranchées. ‘Au fur et à mesure que ce soutien sera supprimé, il ne peut être exclu que les taux d’insolvabilité soient sensiblement plus élevés qu’avant la pandémie, en particulier dans certains pays de la zone euro’, a-t-il déclaré. ‘Les gouvernements pourraient soutenir des secteurs spécifiques par des mesures de soutien ciblées.’

En outre, la hausse des taux d’intérêt reste l’épée de Damoclès au-dessus de la tête de la BCE. Le taux américain à dix ans est actuellement de 1,66%. Au début de cette année, il était encore de 0,9%. Cela a déjà incité la banque centrale à racheter davantage de dette ces dernières semaines. La BCE est préoccupée par le fait que la hausse des taux d’intérêt à dix ans aux États-Unis aura une incidence sur la situation financière des entreprises, des ménages et des pays de la zone euro. La hausse des taux en zone euro, comme aux États-Unis, est actuellement tout bonnement indésirable.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés